Economie

Salaire minimum : le conseil se réunit cette semaine

Une année après son introduction, le sous-comité sur le salaire minimum se rencontre ce mercredi 16 janvier. Il compte poursuivre ses travaux sur l’impact du salaire minimum au niveau national.

Un rapport sera soumis au National Wage Consultative Council (NWCC) qui se réunira très probablement à la fin de ce mois. Le rapport sera ensuite remis au ministre du Travail des Relations industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callychurn.

Il est reconnu que le salaire minimum a grandement soulagé les petits salariés. Désiré Guildhary, président de la Free Democratic Unions Federation (FDUF), qui opère principalement dans la zone franche, reconnaît que les conditions de vie des employés de ce secteur, ont été améliorées. Il avance qu’une petite enquête qu’il a menée auprès des commerçants, a révélé une hausse de la consommation.

Toutefois, il regrette que les bonis de présence et de productivité ainsi que le travail à la pièce soient toujours calculés sur les bases salariales prévalant avant l’introduction du salaire minimal.  « Mais malgré des petites failles qu’il faufra éventuellement corriger, le salaire minimum a été bénéfique », dit-il.

Le président de la General Workers Federation (GWF), Clency Bibi, estime lui-aussi que le salaire minimum a grandement soulagé les plus démunis de la société. Il avance que l’impact a été plus visible durant la période festive, quand les travailleurs concernés ont obtenu leur boni de fin d’année. « Bien que la GWF ne siège pas sur le NWCC en raison de certaines réserves sur un certain nombre de points, je dois néanmoins reconnaître que les Rs 9 000 ont contribué à l’amélioration des conditions de vie de ceux qui touchaient un salaire de misère », a-t-il dit. Il avance que la GWF continuera à se battre pour que un salaire minimum à Rs 14 000 et que la pension de vieillesse soit aussi basée sur le salaire minimum.  Le président de la Fédération des Syndicats du secteur public, Rashid Imrith, estime que bien que Rs 9  000 ne soit pas idéal, le barème a aidé les plus démunis.