Live News

Salaire minimum dans la fonction publique : Rashid Imrith lance un ultimatum

Rashid Imrith

Le prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB), dont la publication est prévue en janvier 2021, pourrait être mis en application à partir de janvier 2020. C’est ce qui ressort d’une déclaration que Rashid Imrith, le président de la Fédération des syndicats du secteur public (FSSP) a faite à la presse, le jeudi 10 octobre 2019 à l’issue d’une rencontre avec le secrétaire financier, Nayen Koomar Ballah, au bureau du Premier ministre. 

Rashid Imrith affirme qu’il a demandé au gouvernement de corriger une anomalie salariale résultant de l’introduction du salaire minimum. Le gouvernement ne peut, selon lui, dire qu’il a appliqué le salaire minimum car rien n’a été fait au niveau du secteur public. Le PRB « n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités concernant la mise en application du salaire minimal dans le secteur public ». Il a laissé entendre que les fonctionnaires percevront une allocation mensuelle de Rs 1 000 à partir de janvier 2020.     

La centrale syndicale, selon Rashid Imrith, a insisté auprès du gouvernement pour qu’il règle les problèmes occasionnés par l’introduction partielle du salaire minimum. Dans une déclaration à sa sortie du bureau du Premier ministre, il a fait ressortir que « c’est un combat qui remonte à février 2018 ». Il a souligné qu’il n’exerce aucune pression sur le gouvernement en cette campagne électorale. Les fonctionnaires, a-t-il ajouté, devront néanmoins patienter encore une semaine afin de savoir s’ils percevront les increments qu’ils réclament. 

« Nous avons écrit au secrétaire au cabinet en février 2018. Nous avons été informés que le cas a été transmis au ministère de la Fonction publique. Une autre lettre a été envoyée à la même instance en juillet 2019. Le bureau du Premier ministre a répondu que le contentieux a été référé au ministère de la Fonction publique. Il y a deux institutions qui n’ont pas fonctionné : le ministère de la Fonction publique et le PRB », dit-il. 

Une décision administrative et politique doit être prise pour corriger la gaffe du ministère de la Fonction publique, insiste Rashid Imrith. « Nous réclamons une garantie écrite que cette anomalie sera corrigée à la satisfaction des fonctionnaires. Nous attendrons une réponse jusqu’au vendredi 18 octobre », ajoute-t-il. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !