Faits Divers

Saisie d’héroïne d’une valeur de Rs 82,5 millions : le suspect Shamlaul sous surveillance depuis quelque temps

héroïne Des sachets en plastique contenant de l’héroïne ont été découverts dans les parois d’une boite en carton en provenance de Johannesburg.

La brigade antidrogue et la Customs Anti Narcotics Section avaient dans leur viseur Thakoordauth Shamlaul, employé d’un service de colis, à l’aéroport de Plaisance. Cet habitant de Plaine-Magnien est soupçonné d’être le facilitateur dans l’exercice de récupération de colis de drogue dans l’entrepôt de Plaisance Air Transport Services. 

En dix jours, deux colis en provenance de l’Afrique du Sud, contenant 5,5 kg d’héroïne, estimé à Rs 82,5 millions ont été saisis. Après l’arrestation de Thakoordauth Shamlaul, la brigade antidrogue (Adsu) a procédé à deux autres, lors d’un exercice de Controlled Delivery. Il s’agit de celles de Damien Ameez, 34 ans, et Lewis Ameez, 38 ans. Ils s’étaient pointés au hangar du service de colis pour récupérer leurs paquets. Les trois suspects ont comparu devant la Bail and Remand Court dans la journée du dimanche 1er septembre. Ils répondent d’une accusation provisoire de trafic de drogue.  

Depuis quelque temps, Thakoordauth Shamlaul faisait partie des employés soupçonnés d’être impliqués dans des maldonnes au sein de Plaisance Airport Transport Services. Faute de preuves, il avait été blanchi dans l’affaire de vol de produits dans des colis expédiés vers Maurice. Mais les autorités s’intéressaient fortement à ses faits et gestes sur son lieu de travail. 

Le 11 octobre 2018, la Customs Anti Narcotics Section (Cans) avait intercepté un colis contenant 2,5 kg d’héroïne. À cette époque, cette cargaison de drogue arrivée au pays en provenance d’Afrique du Sud était évaluée à Rs 35 millions. Le colis, destiné à un habitant de Palma, à Quatre-Bornes, n’a jamais été récupéré par les contacts locaux. Si les enquêteurs soupçonnaient une complicité interne, aucun élément de preuve n’avait pu être recueilli. L’Adsu avait pris le relai et l’enquête était toujours en cours. 

Or, dans la journée du mercredi 21 août, après l’arrivée d’un vol de la South African Airways, un colis similaire et destiné à la même adresse, a été intercepté. La Cans a noté que le colis venait encore une fois de Johannesburg. 

Après vérification, six couettes ont été découvertes dans une boîte en carton. C’est cette dernière qui a intrigué les éléments de cette unité, vu que le poids du carton était jugé trop élevé. Après un passage aux rayons X, des sachets en plastique ont été découverts dans les parois de la boite. Les sachets contenaient une poudre de couleur blanche. Les analyses ont confirmé qu’il s’agissait bel et bien d’héroïne. 

Dans ces deux affaires, la drogue était dissimulée de manière très astucieuse et selon les enquêteurs de l’Adsu, tout porte à croire qu’un unique commanditaire serait à l’origine de ces importations. 

De plus, il s’agit vraisemblablement d’un travail de professionnel, vu la manière dont les sachets d’héroïne ont été dissimulés dans les parois de la boite en carton. En effet, la drogue était placée dans les quatre côtés de la boite et pas dans la base, afin de ne pas prendre de risque.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !