Live News

Saisie des 135 kilos d’héroïne : rapatrié samedi soir, Navind Kistnah en détention à Alcatraz

L’homme le plus recherché dans l’enquête sur la saisie record de Rs 2 milliards d’héroïne est arrivé à Maurice dans la soirée du samedi 15 avril. Placé en état d’arrestation, Navind Kistnah a passé la nuit en cellule policière.

Son retour au pays était attendu. Navind Kistnah, principal suspect dans l’importation des 135 kilos d’héroïne, est arrivé à Maurice, samedi soir, à bord du vol MK 852 en provenance de Johannesburg.

L’avion a atterri à Plaisance à 19 h 20. Navind Kistnah était accompagné d’un chef inspecteur et d’un sergent de l’Intelligence Cell de la brigade anti-drogue (Adsu). Les membres de sa famille, un de ses hommes de loi et la presse l’attendaient au terminal des arrivées. Toutefois, c’est par la sortie VVIP qu’il a quitté Plaisance à bord d’un véhicule banalisé de l’Adsu, qui l’avait récupéré sur le tarmac. Direction, les Casernes centrales pour un premier interrogatoire.

Par la suite, le pseudo-courtier maritime a été placé en détention policière. Il a passé la nuit dans l’une des cellules d’Alcatraz. Il devrait être traduit devant la Bail & Remand Court, à Port-Louis, ce dimanche 16 avril, sous une charge provisoire d’importation de drogue. L’interrogatoire de Navind Kistnah se poursuivra lundi en présence de son homme de loi, Me Rama Valayden.

Cerveau

Navind Kistnah, âgé de 34 ans, est soupçonné d’être le cerveau derrière cette importation record d’héroïne. Les 135 kilos de poudre blanche sont estimés à plus de Rs 2 milliards. La drogue, dissimulée dans des compresseurs, avait été saisie dans le port, le 9 mars dernier.

Les douaniers et la brigade antidrogue avaient pu remonter jusqu’au suspect, mais Navind Kistnah avait quitté le pays 24 heures plus tôt pour se rendre en Afrique du Sud. Une deuxième saisie de 20 kilos de drogue avait eu lieu deux semaines plus tard, soit le 24 mars. La police a estimé cette drogue à Rs 300 millions.

D’Afrique du Sud, Navind Kistnah avait clamé haut et fort son innocence dans cette affaire. Alors que le patron de l’Adsu a été dépêché sur le sol sud-africain, Navind Kistnah a, lui, disparu des radars.

Il devait, toutefois, être arrêté au Mozambique pour séjour illégal. Le Bureau du Premier ministre a délégué un haut gradé pour entamer les négociations avec les autorités mozambicaines. Et ce samedi, l’homme le plus recherché du pays a débarqué à Maurice. Son interrogatoire demeure crucial dans une enquête dans laquelle des connexions avec le monde politique et avec le Champ-de-Mars sont évoquées.


DCP Choolun Bhojoo, patron de l’Adsu : «Il est le suspect principal»

Le numéro 1 de la brigade antidrogue a confirmé à Le Dimanche/L’Hebdo l’arrestation de Navind Kistnah. « Il est le suspect principal dans l’importation des 135 kilos d’héroïne. Il avait quitté Maurice pour l’Afrique du Sud. Nous n’avons pas chômé. Comme le Premier ministre l’a dit, on va tout faire pour arrêter les trafiquants. Nous avons pu mettre la main sur Navind Kistnah. Cela démontre la volonté des autorités de combattre le trafic de la drogue », confie-t-il.

Et d’ajouter : « Il (Navind Kistnah) a été arrêté au Mozambique et, par la suite, nous avons transité par l’Afrique du Sud. Il y a eu une étroite collaboration entre Interpol et les autres départements de police. Nous avons fait provision pour débuter son interrogatoire samedi soir. On décidera ensuite de la marche à suivre. »

Les Kistnah toujours dans l’angoisse

C’est l’incompréhension chez les Kistnah, à Camp-Benoît, Petite-Rivière. à samedi soir, la famille ne savait toujours pas si Navind Kistnah, dit Kunal, était bien arrivé au pays. Un de ses frères souligne que la police ne leur a rien dit. Même leur homme de loi n’a pas reçu de détails. « Nous vivons dans l’angoisse. Nous ne savons pas s’il est toujours en vie. C’est à travers la presse que nous avons su que mon frère était à Maurice », dit-il. Selon lui, sa famille vit un calvaire. « Mes parents sont en train de sombrer dans la dépression. Nous ne fermons plus l’œil de la nuit. Les limiers de l’Adsu auraient dû nous tenir informés », soupire-t-il.

Dernier contact

La dernière fois que Navind Kistnah a été en contact avec sa famille remonte au 30 mars, à 22 heures. Le directeur de KUN Management Int Co. Ltd leur a simplement dit qu’il avait été arrêté par la police de Maputo et leur a demandé de retenir les services d’un homme de loi.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !