Faits Divers

Saisie de Rs 52 millions à Plaine-Verte : trois organismes enquêtent

52 millions

L’enquête entourant la saisie de Rs 52 millions découvertes dans des coffres et valises chez la famille Bolaki, dans un immeuble de huit étages à Plaine-Verte, se poursuit. Trois suspects, à savoir Dilshad Bolaki, Aniisah Bolaki et Sameer Nobeeboccus ont retrouvé la liberté contre versement d’une caution vendredi après-midi.  

Trois organismes mènent l’enquête. Outre la brigade antidrogue (Adsu), deux institutions s’intéressent à cette affaire : la commission anticorruption (Icac) et la Mauritius Revenue Authority (MRA).

Les hommes de l’assistant-surintendant de police Hector Tuyau, de l’Adsu, ont de nouveau interrogé Bibi Nazoolbee Bolaki en présence de ses hommes de loi, Mes Shakeel Mohamed, Nadeem Hyderkhan et Hicham Oozeer. La sexagénaire était appelée à s’expliquer sur la gestion des commerces de la famille. Les limiers ont épluché les différents comptes bancaires détenus par la femme d’affaires.

L’Icac, sous la supervision de Navin Beekarry, s’attaque, en parallèle, au volet de blanchiment d’argent. La commission compte enquêter sur la provenance de l’argent saisi chez la famille Bolaki.

Quant aux enquêteurs de la Mauritius Revenue Authority (MRA), ils épluchent, depuis lundi,  les dossiers des compagnies de la famille afin d’établir s’il y a eu évasion fiscale ou pas. « La famille Bolaki risque plusieurs pénalités. Si ses membres ne peuvent démontrer la source de l’argent, ils devront payer 15 % des Rs 52 millions à la MRA, plus des pénalités. En sus de cela, ils devront donner des précisions sur leur mode de vie et les biens acquis par la famille. Les enquêteurs vérifieront les comptes de chaque suspect, les terrains, bâtiments et autres biens immobiliers qu’ils possèdent. Ce n’est que par la suite que la MRA aura recours à l’Automatic Exchange of Information pour savoir s’ils possèdent également des biens à l’étranger », indique un haut cadre de la MRA.