Faits Divers

Saisie de Rs 19,3 M d’héroïne : des instructions à la passeuse envoyées sur WhatsApp 

Une première analyse des appareils téléphoniques de la passeuse Walinaka Halisah , 29 ans, a révélé que la ressortissante ougandaise recevait des instructions à travers l’application mobile WhatsApp. Les enquêteurs de l’Anti Drug & Smuggling Unit (Adsu) ont en leur possession différents messages échangés sur le téléphone cellulaire de la passeuse émanant d’un numéro de téléphone sur le continent africain. Ces messages contiennent majoritairement des instructions à la mule sur la marche à suivre émanant des commanditaires sur le territoire africain lors de leurs trajets vers les différentes destinations pour effectuer la livraison de la drogue. 

L’enquête de la brigade antidrogue sur l’importation des 1,29 kilo d’héroïne, dont la valeur marchande est évaluée à Rs 19,3 millions, s’oriente vers d’autres présumés complices du réseau. Si un ressortissant nigérien, qui vivait en situation irrégulière à Maurice depuis juillet 2019, a été épinglé, les enquêteurs soupçonnent que d’autres individus seraient aussi mêlés au trafic. Le ressortissant nigérien, Ugwuanya Confidence Ndudiru, 24 ans, séjournait à Maurice depuis juillet 2019. Son visa de touriste ayant expiré depuis quelque temps, l’Adsu soupçonne qu’il aurait été contraint à rester à Maurice pour continuer à faciliter le trafic de ce réseau. 

Lundi, Walinaka Halisah et son contact local, Confidence Ndudiru, ont été présentés en justice. La ressortissante ougandaise fait l’objet d’une accusation provisoire d’importation de drogue, alors que le Nigérien a été inculpé pour «tentative de prendre possession de drogue dangereuse » et de séjour illégal.   L’enquête privilégie la participation de complices « professionnels », vu la manière dont les sachets d’héroïne ont été dissimulés dans le double fond de la valise de l’Ougandaise.

Même si Walinaka Halisah n’a pipé mot sur la provenance de cette valise « neuve », les enquêteurs soupçonnent que la femme l’a récupérée à Nairobi, Kenya. Les enquêteurs soupçonnent que Walinaka Halisah aurait reçu des instructions pour récupérer la valise à Nairobi, avant de venir à Maurice. La présence de vêtements mouillés dans la valise constitue une tentative pour diminuer le risque que les sachets de drogue ne soient flairés par les chiens. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !