Actualités

Saisie de 95 kg de cocaïne : la tractopelle n’avait été ni examinée ni scannée

Photo illustration

Près d’un mois après la découverte de 95 kg de cocaïne dans une tractopelle dans l’enceinte de la compagnie Scomat, Pailles, le 10 juillet dernier, l’enquête avance à petits pas. Sept personnes ont été interrogées par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu). Aucune arrestation n’a été faite. 

Dans une réponse écrite déposée au Parlement en fin de semaine dernière, sir Anerood Jugnauth, ministre Mentor et ministre de la Défense, révèle que la tractopelle en question n’avait été « ni examinée ni été scannée » par les services douaniers. La raison était que l’engin, en provenance du Brésil en passant par le Maroc, « n’a pas été sélectionné par le département de gestion des risques et aucune information spécifique n’était disponible ». Quand le Bill of Entry a été passé par l’agent maritime, le 9 juillet, il n’y a eu qu’une simple vérification administrative. Comme rien d’anormal n’a été noté par l’officier de la Mauritius Revenue Authority (MRA), la tractopelle a pu passer comme lettre à la poste. Pourtant, à la suite d’une révélation faite par Le Défi Plus, samedi, un mail avait été envoyé par le département de la douane à l’aéroport à la MRA, quelques jours avant que la tractopelle n’arrive du Maroc, pour demander à ce que toutes les tractopelles en provenance de La Réunion soient fouillées de fond en comble car celles-ci pourraient contenir de la drogue. Les douaniers s’en sont tenus aux tractopelles venant de La Réunion et l’information n’a pas été généralisée pour l’ensemble des engins de ce type arrivant à Maurice.

Le 10 juillet, ce sont des ouvriers de Scomat qui ont fait la découverte de trois sacs suspects près du moteur de la tractopelle. Ceux-ci contenaient de la drogue. L’engin était importé par Scomat à partir du Brésil. Après avoir été transportée sur le vaisseau Grande Francia jusqu’au Maroc, il a été transbordé sur le Hoegh Antwerp pour terminer son voyage à Port-Louis.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !