Faits Divers

À Sainte-Croix : Jean-Noël Jhugroop meurt six jours après le décès de son jeune frère

Jean-Noël Jhugroop et Stéphane Jean-Noël Jhugroop (à gauche) et son frère Stéphane étaient très complices.

Marie-Louise Jhugroop est une mère dévastée. En six jours, elle a perdu ses deux fils Stéphane, 33 ans, et Jean Noel, 43 ans. Le plus jeune est mort le vendredi le 31 mai, emporté par la maladie, alors que l’autre fils a connu une fin atroce le mercredi 5 juin. Il a donné des coups de poing dans des vitres et s’est grièvement blessé au bras, à leur domicile à la rue Piéton Père Laval, Sainte-Croix. Il n’a pas survécu.

«Pa fasil », lâche cette mère de cinq enfants. Désormais, il ne lui reste plus que ses deux filles et un fils. Aux dires de Marie-Louise Jhugroop, son fils Jean-Noël ne s’était pas disputé avec son père ce jour-là contrairement à certaines allégations. « Ils ont de très bonnes relations », dit-elle. Les yeux rougis, elle explique que depuis l’an dernier, Jean- Noël a des problèmes psychologiques. « Son épouse l’a quitté avec leurs trois enfants. Cette situation l’a affecté. Depi sa pe fatig li », dit Marie-Louise Jhugroop. Son comportement avait changé. Le 31 mai a été un tournant dans la vie de Jean-Noël. Son jeune frère, Stéphane, 33 ans est tombé malade. Les deux étaient très proches.

«La mor so frer inn pli afekte li»

marie
Marie-Louise Jhugroop, la mère est sous le choc.

« Stéphane et Jean Noël étaient très complices. Stéphane souffrait d’asthme et se rendait souvent à l’hôpital. La maladie l’a rattrapé la semaine dernière, et, vendredi, contre toute attente, il est mort », confie une tante, attristée par ce dur coup du sort. « Kan so frer Stéphane inn mor, sa inn pli afekte li enkor. Linn dir mwa ki li osi li bizin ale », ajoute la maman qui tente de tenir le coup malgré tout.

Et mercredi, alors que la journée avait bien débuté, la famille Jhugroop se retrouve de nouveau confrontée à un drame. « Jean-Noël allait bien le matin. Il s’est réveillé. Il a fait le ménage et s’est même occupé du chien », explique sa mère. Mais vers 9 heures, dit-elle, la famille a commencé à entendre des bruits de vitres cassées. « Jean-Noël était à l’étage et brisait les vitres de la porte de derrière. Il s’est coupé les mains. Il a couru dehors pour venir voir son père. Il lui a dit d’aller chercher sa fille et s’est effondré », raconte avec peine Marie-Louise.

Les voisins se sont précipités pour leur venir en aide. Jean-Noël a été transporté de toute urgence à l’hôpital Dr A. G Jeetoo où son décès a été constaté. La police d’Abercrombie a été mandée sur place de même que les limiers de la Criminal Investigation Division de Port-Louis Nord. L’autopsie pratiquée par le Dr Shaila Prasad Jankee a révélé que la victime est morte d’un « shock due to slash wound at fore arm ». Il a perdu beaucoup de sang. « Sa bann zour kinn pase la pa fasil. Kapav li pann dormi », déclare la sœur de la victime. En l’espace de six jours, les membres de cette famille perdent deux des leurs. «  Li enn bon garson. Li ti byen ek so papa. Li pann kapav siport la mor so frer », indique un de ses proches. Ses funérailles sont prévues ce samedi, soit huit jours après l’enterrement de Stéphane.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !