Live News

Safe City Project : des caméras intelligentes en opération, Big Brother ou réelle utilité ?

Avec le Safe City Project, les autorités inaugurent officiellement son introduction aux quatre coins du pays. Près de 1 954 caméras intelligentes de surveillance sont entrées ce lundi matin en opération. Capables de reconnaître des visages par un «process» digital et de lire rapidement toutes les plaques d’immatriculation de véhicules qui défilent sous leurs yeux numériques, ces outils de haute technologie font désormais partie du quotidien des Mauriciens.

Installé en nombre pour assurer la sécurité des citoyens, le nouveau système de caméras dites intelligentes est géré par la force policière. La Police Main Command and Control room centre d’Ebène est le centre névralgique de ce système qui veut combattre la criminalité à Maurice et les incivilités routières. Mais quid de ses détracteurs au niveau du respect de la vie privée ? Le point complet sur ce dossier.

Big Brother pour ses détracteurs. Révolutionnaire pour ceux qui ont décidé de le mettre en pratique. La première phase du Safe City Project a été lancée en grande pompe ce lundi matin du 19 août. Ce projet avait a été annoncé par le Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, dans son discours budgétaire 2018/2019, le 14 juin dernier. 4 000 caméras devaient être déployées dans un premier temps et coûter Rs 460 millions. Seules 1 954 d'entre elles sont aujourd’hui opérationnelles. A ce jour, 1 542 IVS (Intelligence Video Surveillance System) pour traquer les criminels dans les endroits à risques et 142 ITS (Intelligence Trafic Surveillance System) pour lutter contre les infractions aux codes de la route ont été disposés à plusieurs mètres du sol.

D’autres caméras intelligentes de surveillance seront en plusieurs autres phases positionnées sur le territoire mauricien. Le projet engagera au final Rs 642 millions pour être intégré totalement dans le paysage local d'ici trois ans.

La société étatique Mauritius Telecom (MT) et la police se sont réunies avec l’aide technique de Huawei pour la mise en place du Safe City Project. Le gouvernement s’est porté garant de Mauritius Telecom pour une somme de Rs 460,7 millions, alors que la police va être appelée à verser Rs 15,7 milliards sur une période de vingt ans à Mauritius Telecom pour que MT opère et gère tout le système. Le gouvernement garantit le paiement ponctuel de l’emprunt, des intérêts et de toute autre somme payable par Mauritius Telecom, comme le stipule le contrat d’emprunt. Puis, l’Etat mauricien s’est engagé à «payer tout retard de Mauritius Telecom dans un délai de 30 jours, après avoir reçu la demande écrite du prêteur ».

Logiciel de reconnaissance faciale et photographier distinctement les plaques d’immatriculation des véhicules

Via une technologie d’intelligence artificielle dernier cri, ces caméras peuvent identifier les visages scannés à distance avec un logiciel de reconnaissance faciale performant et photographier distinctement les plaques d’immatriculation des véhicules. Le système peut savoir aussi le sexe et l’âge approximatif des personnes filmées. Les caméras peuvent également suivre à la trace le déplacement d’un individu et ou faire le suivi de l'itinéraire d'une voiture suspecte dans le cadre d’une enquête policière.

Le système est également en mesure de faire la différence entre les types de véhicules qui passent dans sa base de données et ainsi distinguer sans erreur possible les couleurs des véhicules. Tous les appareils installés ont été connectés au réseau de Mauritius Telecom.

Une source proche du dossier indique néanmoins que seuls les visages, dont les informations biométriques ont été stockées au préalable dans une base de données, sont reconnus dans un rayon d’environ 200 mètres. La force policière dispose donc d’une technologie ultra puissante permettant la reconnaissance faciale des personnes ayant commis un délit, à travers des caméras qui captureront les images uniquement lorsqu’un événement se produit. Aucune base de données ne devrait être utilisée sauf celle de la force policière contenant la liste de délinquants et récidivistes.

Mesures appropriées pour protéger la vie privée et la confidentialité de tous les citoyens

La force policière a pris les mesures appropriées pour protéger la vie privée et la confidentialité de tous les citoyens. Notamment sur le fait que selon l’article 14 de la Data Protection Act, un adjoint au commissaire de police doit avoir les responsabilités d’un Data Controller. Celui-ci est en poste au sein de La Police Main Command and Control room centre d’Ebène.

Pour les détracteurs au projet Safe City, les Mauriciens vont être filmés en quasi permanence dès qu’ils sortiront de leur domicile à pied ou en voiture. La spécificité de ce système de surveillance est telle que les images capturées sont immédiatement transmises par voie électronique aux autorités concernées. Outre la prise des images, certains appareils sont également pourvus d’un système de radar pouvant repérer tout excès de vitesse sur les routes.

«Le projet Safe City est désormais une réalité. Il sera pleinement opérationnel d’ici fin décembre». C’est ce qu’a déclaré Pravind Jugnauth, ce lundi 19 août. Le Premier ministre prenait la parole lors de l’inauguration du centre de contrôle et de commandement, à Ebène, ce matin.

L’introduction de ces caméras Big Brother pour ceux qui s’y opposent farouchement a marqué son premier point en montrant son utilité, et ce, avant même sa date d'inauguration officielle.

Un individu qui a perpétré un vol avec violences à un guichet automatique a été interpellé par la police hier dimanche quelques heures à peine après son méfait commis. Une caméra intelligente de Rivière-du-Rempart a retrouvé la trace de son véhicule et a envoyé directement l’information à des policiers de terrain qui ont pu procéder à l’arrestation du suspect.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor