Actualités

S’adressant aux enseignants des collèges d’État - Leela Devi Dookun-Luchoomun: « La réforme se fera malgré tout »

Lors d’un atelier, lundi, la ministre de l’éducation a précisé que le projet ne se fait pas sur un coup de tête.
La ‘Nine-Year Continuous Basic Education’ continue à susciter des débats. La ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a profité de sa rencontre avec les enseignants des collèges d’État pour clarifier les doutes qui persistent sur la réforme. Les syndicats des enseignants et celui des recteurs et les associations parents-enseignants ont exprimé des inquiétudes par rapport à la Nine-Year Basic Continuous Education. Plusieurs d’entre eux s’opposent, pour diverses raisons, à son introduction. Toutefois, selon la ministre de l’Éducation, « la réforme se fera malgré les oppositions ». Cette dernière s’est attardée sur les questions souvent posées sur ce projet de réforme, lors d’un atelier de travail de la Government Secondary School Teachers’ Union (GSSTU), le lundi 30 mai, à la Sir Abdool Raman Osman SSS, à Phœnix.

Détails techniques de la réforme

« Nous n’imposons pas la réforme, mais il fallait à tout prix revoir le système éducatif », a ajouté Leela Devi Dookun-Luchoomun. Elle affirme que ce projet ne se fait pas sur un coup de tête. « Les diverses options ont été explorées et les parties concernées ont été consultées. Nous sommes déterminés à mener à bien ce projet. Nous ne céderons pas à l’opposition. Le ministère s’est entretenu avec les syndicats et les autres associations. Nous maintenons une ligne de communication avec nos divers partenaires. Cependant, il n’y a pas à sortir de là : la réforme aura bel et bien lieu. » Plusieurs interrogations ont été soulevées sur les détails techniques de l’introducton de la réforme. Pourquoi la commencer avec les élèves du Grade 6 et non avec ceux du préscolaire ? À cette question, la ministre a déclaré que la Nine-Year Basic Continuous Education ne constitue qu’une partie de la réforme. D’autres facteurs sont pris en compte par le ministère. « Les gens ne comprennent pas le travail que nous abattons. La réforme éducative est un dossier complexe. Nous mettons en place tout un système pour mieux encadrer les apprenants et leur donner les outils nécessaires à leur développement. J’invite les parties concernées à relire les documents présentés sur la réforme avant d’émettre des commentaires », a-t-elle lancé. Quid des enseignants du prévocationnel ? Le Prevocational Scheme ne figurera pas dans le nouveau système éducatif. Toutefois, malgré les inquiétudes exprimées par les enseignants du département prévocationnel, la ministre a donné la garantie qu’ils ne seront pas mis à l’écart. « Même s’il n’y aura pas de département prévocationnel, les enseignants spécialisés dans cette filière resteront en service. Nous aurons toujours besoin d’eux. Malgré les bonnes intentions de cette réforme, il y aura toujours des élèves qui ne pourront suivre le rythme. Nous ne les mettrons pas en marge du système, bien au contraire. Nous aurons besoin des enseignants du prévoc pour les encadrer et leur donner les moyens de rattraper leur retard. Ils nous aideront à offrir à ces enfants la possibilité de s’adapter au nouveau système et la chance de réussir », a ajouté la ministre.

Les enseignants invités à changer de « mindset »

S’adressant aux membres de la GSSTU, Leela Devi Dookun-Luchoomun s’est appesantie sur le rôle des enseignants dans l’introduction de la réforme. Selon elle, ces derniers devraient désormais changer de « mindset », surtout en ce qui concerne la performance des élèves. « Il faut absolument se faire à l’idée que tous les élèves ne seront pas des lauréats. Ceux qui ne peuvent pas l’être ne devront pas être mis à l’écart. Les enseignants doivent accorder de la valeur aux efforts de chaque apprenant. Ce dernier sera ainsi encouragé à donner le meilleur de lui -même», dit-elle. Et d’ajouter que plusieurs mesures seront apportées afin de mieux encadrer les enseignants et les aider à assumer leurs responsabilités. La création du Teachers’ Council fait partie de ces mesures.

Les lauréats encouragés à servir leur pays à distance

Le ministère de l’Éducation a tenu, lundi, une réception à l’honneur des lauréats du Higher School Certificate de la cuvée 2015. Les 68 boursiers, incluant les 24 qui ont bénéficié d’une bourse selon des critères sociaux, ont reçu un présent du ministère. Leela Devi Dookun-Luchoomun les a encouragés à choisir la filière de leurs études supérieures en tenant compte des demandes du marché du travail. « Il vous faut opter pour des filières en demande : économie océanique, biotechnologie, entre autres.Vous pouvez également servir votre pays à distance grâce à la technologie… » La ministre a insisté sur le fait que le pays a davantage besoin de professionnels qui ont la capacité de réfléchir et d’apporter des mesures innovantes aux problèmes de la société moderne. « Il n’est plus nécessaire d’accumuler des connaissances inutiles dans l’immédiat. Il faut, au contraire, apprendre pour le développement du pays. Les jeunes doivent développer leur savoir-faire, leur savoir-vivre et leur savoir-être. »
  • Health matters

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !