Live News

Sada Curpen : «Autorisez-moi à assister aux funérailles de mon père»

Sada Curpen : «Autorisez-moi à assister aux funérailles de mon père»

Sada Curpen, qui est actuellement sous le coup d’une interdiction de voyager, souhaite se rendre aux funérailles de son père Jeevanaden Curpen, 71 ans, en France. Ce dernier, qui a fait une chute fatale le 25 décembre 2018, a passé neuf jours dans le coma, avant de pousser son dernier soupir le 3 janvier 2019.

Sada Curpen avait fait une requête auprès la cour, pour obtenir l’autorisation d’aller rendre visite à son père en France. Demande qui a été rejetée le 4 janvier 2019. Il a fait une nouvelle requête pour aller assister aux funérailles de son père, prévues le 11 janvier. Lundi, la cour rendra sa réponse. 

Sur sa page Facebook, Sada Curpen n’a pas caché ses émotions et son amertume. Le 27 décembre 2018, il a posté ceci : « Mo papa dan koma depi le 25 desam lin tombe dan leskalie. So leta kritik net svp prie pou li. Mo espere sa fwa la bann otorite less mwa voyage al get mo papa si vremem zot ena santiman me pourtan bokou p voyaz kayss pli grav ki mwa... »

Sada Curpen est poursuivi dans le cadre d’un procès formel pour blanchissement d’argent et il est actuellement en liberté conditionnelle. Il est accusé d’avoir été en possession de 28 800 euros et de Rs 43 550, le 7 mars 2010, à l’aéroport de Plaisance. Il a plaidé non coupable. Une audience dans ce procès est prévue le 21 février 2019.

Demande rejetée

Le 12 décembre 2018, Sada Curpen avait soumis une demande devant la cour intermédiaire pour être autorisé à se rendre en France du 22 décembre 2018 au 20 février 2019. Il soutenait que sa mère âgée de 73 ans était souffrante et ne pouvait voyager, et qu’il souhaitait lui rendre visite. Sa demande de quitter le pays a été rejetée le 20 décembre 2018.

« Je suis victime d’une politique à deux vitesses, je ne sais pas pourquoi. Je dois faire ressortir qu’en 2007, j’ai été condamné à 18 mois de prison et j’avais fait appel. Pourtant, j’ai été autorisé à plusieurs reprises à quitter le pays. Je suis parti et je suis revenu après. J’admets avoir commis des erreurs dans le passé et j’ai déjà payé ma dette à la société. Je lance un appel aux autorités concernées : autorisez-moi à assister aux funérailles de mon père », explique-t-il.

Il a parlé à son père, la veille de Noël, soit le 24 décembre, et lui a souhaité une bonne fête. Son père avait l’intention de lui rendre visite cette année. Malheureusement, le destin en a décidé autrement. Une vidéo montre que son père, qui était chez un proche, a perdu l’équilibre dans les escaliers et qu’il a fait une chute. Sa tête a heurté un pot de fleur, ce qui lui a été fatal.

« Mon père a toujours été un bon vivant et malgré son âge, il était très actif et jovial. Tout le monde le connaît comme Amba. J’ai appris aussi que ma mère, qui a des complications de santé, est très affectée par son décès. Elle souhaite réunir tous ses enfants pour un dernier adieu à notre père », indique-t-il.


Nous avons sollicité une réaction de Me Ericsson Mooniapillay, qui est aussi le conseiller légal de l’ONG Dis-Moi, qui milite pour le droit humain. Il nous explique que, si la police a objecté au voyage du détenu, il faudra enclencher un débat en cour. Si la personne estime que son droit a été bafoué, il peut toujours se tourner vers la Cour suprême.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective