Actualités

Rupture de contrat alléguée : il perd son procès contre Betonix

La Cour suprême

Un habitant de Triolet a été débouté devant la chambre civile de la cour intermédiaire. Il réclamait Rs 398 762 à la compagnie de construction Betonix. Il l’accusait de n’avoir pas respecté les termes d’un accord daté du 21 octobre 2014, pour le coulage d'une dalle sur son immeuble, route Royale, Derningham, Triolet.

Selon le plaignant, le camion-citerne devant transporter l’eau pour garder la dalle humide est arrivé avec deux heures de retard. C’était le 21 octobre 2010, date à laquelle, la dalle a été coulée.

Résultat : le toit de l’immeuble fuit et porte des fissures. Du coup, il n’a pu emménager dans ledit bâtiment. Il a ensuite engagé un ingénieur qui a rédigé un rapport lui recommandant de faire imperméabiliser son toit. Ce qu’il n’a pu faire faute de moyen financier. Il avait emprunté Rs 840 000 de la Mauritius Commercial Bank pour ladite construction.  Le directeur des opérations de Betonix Ltd a, lors de son témoignage, soutenu que le 14 octobre 2014, la compagnie a remis un devis au client. Le contrat portait sur le coulage d’une dalle. Il a ajouté qu’un camion-citerne accompagne généralement les deux autres camions, jusqu'au chantier. Il affirme qu’il revient aux clients de prévoir pour l'eau, immédiatement après le coulage de la dalle, et dans les sept à huit jours suivant, pour maintenir le béton humide.  La magistrate Wendy Rangan a statué que le plaignant a failli à établir qu’il y a eu rupture de contrat.

Jouer Mega Millions