Xplik ou K

Rue Calcutta, Plaine Verte : la gérante s’éclipse, laissant les gardes-malades sans paie

Victoria House

Elles sont une dizaine de femmes employées comme gardes-malades qui se retrouvent sur la paille. Dona (prénom modifié), porte-parole du groupe, raconte que ces dames ont été arnaquées par la patronne de cette compagnie de Plaine Verte qui sollicitait leurs services.

Chacune d’elles avait des horaires et des conditions de travail différents. Employées à plein temps ou à temps partiel, elles n’ont pas été rémunérées depuis plus d’un mois.

Elles travaillaient comme gardes-malades auprès de personnes âgées. « Parfois, nous passions la nuit chez ces personnes ou toute une journée à prendre grand soin d’elles. Chacune de nous avait un contrat différent et nous étions payées différemment, parfois pour un même travail. Cela fait plus d’un mois que la gérante (P.A.) de cette compagnie est injoignable. Elle nous doit de l’argent », s’indigne Dona.

Furieuses, quelques dames se sont rendues chez la dame, rue Calcutta, Plaine Verte. Stupeur: «La dame avait déguerpi et quitté les lieux depuis quelque temps, nous a indiqué le propriétaire de la maison qu’elle louait pour ses activités. Il a ajouté que la patronne est partie dans la ville natale de son mari, en Égypte », déplore Dona.

Que vont donc devenir ces familles qui sollicitent les services de cette compagnie ? « Ces familles sont obligées de payer les services de gardes-malades, le 17 du mois, certaines avec un ou plusieurs mois d’avance, souligne Dona. Je me suis renseignée auprès des familles chez lesquelles j’ai travaillé » ajoute-t-elle.

Et de préciser que la « gérante P.A. nous a toujours payé notre salaire, en trois tranches, dont le premier paiement intervenait après le 2 du mois. Je ne me suis jamais plainte, car ce travail était important pour moi pour subvenir aux besoins de ma famille» précise la porte-parole. Ces dames ont toutes pris connaissance de ce job à travers le réseau Facebook. Et la plupart d’entre elles ont passé leur entretien d’embauche dans la voiture de la gérante P.A.

Sollicité, Leevy Frivet, attaché de presse au ministère du Travail, conseille à chacune de ces dames de loger une plainte officielle contre la compagnie.

Et d’expliquer que lorsqu’une personne perçoit trois mois de paie réguliers, la loi reconnaît qu’un contrat de travail a été établi entre l’employeur de ces services et ladite personne.

« Le bureau du Travail devra rechercher la gérante de cette compagnie. Elle risque des poursuites pour plusieurs offenses. Non seulement pour avoir omis de rémunérer ses employées, mais aussi pour non-respect de la date fixée par la loi du travail pour le paiement des salaires, qui ne doit pas dépasser le 27 du mois».

L’avocate Anekha Punchoo précise

« Lorsque le non-paiement du salaire dépasse un mois, cela constitue une offense. Le fait que l’employeur leur a réglé leurs salaires en plusieurs tranches systématiquement, constitue aussi une autre offense à la loi. Je conseillerai à ces dames de mentionner ces deux délits dans leurs plaintes, afin que le bureau du Travail puisse prendre les actions nécessaires contre cette compagnie » indique l’avocat.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !