Actualités

Rs 47 millions parties en fumée : Heritage City Co. Ltd mise en liquidation

Rs 47 millions parties en fumée : Heritage City Co. Ltd mise en liquidation

Il était annoncé comme le méga projet de ce gouvernement. Il était question, en 2015, de faire sortir de terre une nouvelle ville sur 336 arpents, à Minissy, à côté d’Ébène.

Les autorités  devaient  injecter Rs 30 milliards pour cette ‘Heritage City’.  Le 11 octobre, le comité ministériel, présidé par sir Anerood Jugnauth, Premier ministre, décide d’enterrer le projet.

Le dernier acte s’est joué le 19 décembre 2018. L’État, unique actionnaire de Heritage City Co. Ltd, décide de liquider la compagnie selon les dispositions de l’article 117 de la Companies Act de 2001. La décision est prise par les membres du conseil d’administration. Un liquidateur est nommé en la personne d’Andrew Stephenson, ancien proche collaborateur de Roshi Bhadain.

Si Heritage City ne verra jamais le jour, Rs 47 232 941,22 ont été dépensées pour ce projet, après approbation du conseil des ministres sur recommandation d'un High-Powered Committee. Cet argent a  été déboursé entre le 15 mars et le 25 juillet 2016. La plus grosse dépense a été faite sous l’item « professional fees for mobilisation phase ». Coût : Rs 31,3 millions. La compagnie dubaïote Stree avait touché Rs 8,4 millions pour la conception du schéma directeur et la compagnie Luxconsult, Rs 3,4 millions comme frais de consultant.

Le projet a immédiatement été remplacé par Côte d’Or City, qui se situera de l’autre côté du Bagatelle Dam. Celui-ci est piloté par Landscope Mauritius Ltd, mais  peine également à sortir de terre. 

Sollicité pour une réaction, Roshi Bhadain affirme que «Heritage City aurait été un grand projet et un avancement pour le pays». «Ça n'aurait jamais coûté Rs 30 milliards aux contribuables pour la bonne et simple raison que la loi sur le 'build, operate, transfert' avait déjà été votée et que l'Etat n'allait que mettre le terrain à disposition. Pour ce qui est des bâtiments publics, ça allait être loué et ça allait revenir à l'État après 20 ans», explique-t-il.