Live News

Roubina Jadoo-Jaunbocus obtient partiellement gain de cause : «Je suis absolument soulagée»

Elle contestait, par voie de révision judiciaire, les passages du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue la concernant et obtient donc partiellement gain de cause concernant l’aspect de blanchiment d’argent. L’ex-ministre de l’Égalité des genres, Roubina Jadoo-Jaunbocus, a obtenu partiellement gain de cause en Cour suprême, ce mardi 6 avril.

Intervenant en direct sur Radio Plus et sur la page Facebook du Défi Media Group via Zoom dans l’après-midi de ce mardi 6 avril après le jugement, l’ex-ministre  précise que, selon l’arrêt de la Cour suprême, les procédures n’ont pas été suivies « surtout concernant les allégations relatives à cette somme de Rs 50 000 ». Il s’agit d’ailleurs de la raison de sa démission, dit-elle.

Roubina Jadoo-Jaunbocus affirme également que le jugement précise que la Commission d'enquête, présidée par l'ex-juge Paul Lam Shang Leen, n’a pas respecté le principe de justice naturelle (« rule of natural justice »).

L’ex-ministre a tenu à apporter des précisions sur les faits qui lui étaient reprochés : ses visites à des prisonniers ont toujours été effectuées dans le cadre professionnel, explique-t-elle.

« Kan mo ti al vizit sa bann prizonie la sete en lane 98 et non pa kan mo ti enn depite. Se pa ke mwa ki ti al prizon ki ti al get sa nomb de prizonie la. Ti ena plizyir avoka parski ti ena enn lalwa ki ti promilge kot ti dir ki sentans bann prizonie ki ena 'life sentence' li ilegal et bizin kas sa. Dan sa loptik la komiser prizon a lepok ti koz ek mwa ek ban lezot avoka ti dir ed nou parski ban dimoun la pe refiz bouze par zot mem, get kouma kapav trouv enn fason pou fer zot fer aplikasyon. Dan sa optik la mo ti al prizon. Laverite se ki monn ale ek plizyir bann koleg », dit-elle.
Roubina Jadoo-Jaunboccus déplore ainsi le fait que la Commission d’enquête sur la drogue ne lui ait pas donné l’opportunité de s’expliquer.

What’s next ?  

Est-ce- qu’il y aura un come-back de Roubina Jadoo-Jaunbocus ? Se verra-t-elle confier le portefeuille d’Attorney General ?

L’ex-ministre de l’Égalité des genres affirme que ce n’est pas de son ressort.

Et Roubina Jadoo-Jaunbocus d’affirmer qu’elle a toujours été fidèle à son parti et qu’elle reste un membre du Mouvement socialiste militant.

Pour rappel, la Commission d'enquête, présidée par l'ex-juge Paul Lam Shang Leen, avait émis de sévères critiques contre Roubina Jadoo-Jaunboccus.

L’avocate-politicienne y était montrée du doigt pour avoir rendu visite à 17 détenus entre 10 h 45 et 13 h 35, le 30 janvier 2009, alors que ses services en tant qu'avocate n'avaient pas été sollicités.

La Commission avait conclu que l'équipe ayant mené l'enquête (enquiring team) a retracé un numéro de téléphone appartenant à la députée du n° 2 (Port-Louis-Sud/Port-Louis Centre) qui établit qu'elle était en communication avec  

« le trafiquant de drogue condamné le plus notoire, M. Veeren Peroumal, alors que ce dernier purgeait sa peine ».

La Commission Lam Shang Leen a également précisé être en présence des informations selon lesquelles Roubina Jadoo-Jaunboccus avait reçu, le 29 avril 2008, Rs 50 000 de Maria Cupidon, arrêtée pour importation d'héroïne, pour ensuite transférer cet argent au trafiquant de drogue Kamasho.

Ce sont, entre autres, les raisons qui ont poussé Roubina Jadoo-Jaunboccus à la démission comme ministre. Elle a ensuite déposé une demande de révision judiciaire pour contester les passages la concernant dans le rapport de la Commission d’enquête.

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !