Live News

Rosy Juliana : «Kan li fim simik e pran ladrog li vinn agresif»

drogue synthetique Photo Illustration

Des enflures au visage et des coups à la tête. Rosy Juliana, 33 ans, vit dans la peur. Dans la soirée du dimanche 26 août, elle a une fois de plus été victime de la violence de son compagnon, Sébastien, âgé de 34 ans. Elle a été agressée dans les rues de Tranquebar, un faubourg de la capitale, au vu et au su des badauds.

Pour Rosy Juliana, il ne fait aucun doute que le comportement agressif et violent de son compagnon, Sébastien, un maçon, est dû à son accoutumance à la drogue dure. « Li fim, simik e li pran ladrog kan li pa gayn sa ban zafer la, li vin danzere, agressif e violan ar mwa », relate cette mère d'un garçonnet de cinq ans et d’une fille de quatre ans. Elle partage sa vie avec cet homme depuis sept ans.

Rosy Juliana concède que c'est suite à une remarque qu'elle a faite à son compagnon que ce dernier est sorti de ses gonds. Il n’a pas digéré ce qu’elle lui a lancé au visage et s'est vite mis en colère.

«Linn koumans koz for for.»

Sachant que la situation pouvait dégénérer à tout moment, Rosy a préféré sortir. « Je suis partie pour aller demander une cigarette à une voisine, comme il faisait froid j'ai dû retourner à la maison pour prendre des vêtements chauds. » C’est à ce moment-là qu’elle dit avoir entendu son compagnon proférer des menaces au téléphone. « Mo pou met dife dan so lakaz la », aurait-il dit à celui qui était au téléphone.

Rattrapée par son agresseur

Elle a vite compris qu’il ne fallait pas prendre de telles menaces à la légère, d’autant qu’elle avait, dans le passé, dénoncé son compagnon à la police car il voulait faire exploser la maison. « Quelques années de cela, il avait déjà arraché le raccord de la bonbonne de gaz et voulait faire sauter la maison, heureusement que des voisins ont pu pénétrer dans la maison en passant par une fenêtre pour me secourir », se rappelle tristement Rosy.

Aussi quand dimanche soir elle a entendu Sébastien menacer de faire exploser la maison, elle a préféré quitter les lieux, emmenant avec elle sa fille. Mais en cours de route, elle a été rattrapée par Sébastien. Ce dernier s'est mis à lui asséner des coups violents. « Linn trap mwa lor sime linn batte, li batt mwa lor mo figir e lor mo latett. » Alors que les coups pleuvaient sur cette mère de famille, elle a appelé sa sœur à la rescousse. Cette dernière a demandé à son fils de lui venir en aide.

Mais le neveu n’a pas échappé à la colère de l’agresseur qui s'est montré encore plus violent et il a assené plusieurs coups au visage et à la tête du jeune homme. « Li kontinye tapp mwa, mo neve pe essay protez mwa, lerla mo finn bizwin galoupe, mwa  ek mo tifi inn biswin rantt emba enn 4x4 pou kasyett », raconte Rosy Juliana au Défi Quotidien.

Face à cette scène de violence en pleine rue, des habitants ainsi que des proches de Rosy sont intervenus et ont alerté la police. Les policiers sont arrivés et ont conduit la femme au poste de police de Pope Hennessy où elle a consigné une déposition pour violence domestique contre son compagnon. Ce dernier qui avait pris la fuite à l’arrivée des policiers a été arrêté le lendemain après-midi. Traduit devant le tribunal de Port- Louis, il a été libéré après s’être acquitté d’une caution de Rs 3 000 mardi.   La victime dit devoir continuer à vivre dans la peur. « La lwa pa asse sever dan sa Moriss la, dimoun gayn letan mor, si li nek pik mwa ki ti pou arive ? Mo espere lotorite fer so travay byen », ajoute Rosy Juliana qui envisage de réclamer un ordre de la Cour contre son compagnon.