Live News

Rose-Hill et Caudan : l’impact du métro sur les commerces plus ou moins bénéfique

Rose-Hill voit des gens affluer grâce au métro et, à l’heure du déjeuner, il y a queue devant certains commerces.

L’arrivée du Metro Express a non seulement modifié le paysage de Rose-Hill et de Port-Louis, mais il a aussi changé la donne pour les commerces qui se trouvent à proximité. Nous avons voulu en savoir plus. Voici ce que nous ont confié les commerçants de la gare de Rose-Hill et du Caudan.

Une bénédiction pour les affaires ou un élément perturbateur pour le commerce ? C’est ce que nous avons voulu apprendre de ceux qui opèrent à la gare de Rose-Hill et au Caudan depuis la mise en opération du Metro Express. Le métro a entraîné dans son sillage des changements irréversibles, notamment pour les affaires. 

Un vendredi, à l’heure du déjeuner, bon nombre de gens affluent dans le centre-ville de Rose-Hill. Les queues sont interminables chez certains marchands de nourriture et les magasins accueillent beaucoup de clients. 

Melvin, marchand de gâteaux salés depuis plusieurs années à la gare de Rose-Hill, soutient que l’arrivée du métro n’a pas changé grand’chose au business. « Les affaires marchent comme avant. Il n’y a pas de grand changement. Il y a certes plus de fréquentation des lieux mais les gens n’achètent pas pour autant. Au contraire, nous avons vu une affluence de pick-pockets. Ils profitent pour faire les poches aux plus vulnérables », soutient-il. Il déplore de ce fait le manque de patrouilles de la police à la gare et dans les environs. 

Même son de cloche chez Mohamed qui est spécialisé dans la vente de chaussures. « Les premières semaines, juste après le lancement du métro, on a remarqué qu’il y avait de la foule et les affaires avaient pris un peu l’ascenseur. Désormais, c’est plutôt un retour à la normale. Au contraire, ce n’est plus comme il y a 10 ou 20 ans. Certains jours, les magasins sont vides et l’atmosphère dans le centre-ville est moche ».

Commerçant en prêt-à-porter depuis plus de 25 ans à la gare de Rose-Hill, Permala nous confie, lui, que c’est plutôt le 3ème âge qui fréquente les commerces depuis l’arrivée du métro. « Vu que le métro est gratuit pour eux, les seniors en profitent pour voyager et au passage faire un peu les magasins à Rose-Hill. Je dirais que cela a été légèrement bénéfique pour les commerces et l’atmosphère est un peu plus gaie. Cependant, je pense aussi que quand le métro desservira jusqu’à Curepipe, les affaires vont tomber, car les gens ne vont pas forcément s’arrêter à Rose-Hill pour faire des achats, sauf s’ils en ont besoin », déclare-t-il.

Un vendeur de fast-food, qui a voulu rester anonyme, nous a, lui, révélé que son chiffre d’affaires a augmenté avec la mise en opération du métro. «Nous pouvons dire que notre chiffre d’affaires a connu une hausse de 5 à 10 %. Nous accueillons certes plus de clients, principalement ceux qui ne connaissent pas Rose-Hill. Je pense que quand le métro desservira jusqu’à Curepipe, nous serons encore mieux lotis, car nous allons accueillir plus de visiteurs ».

Une aubaine pour les commerces au Caudan

Du côté de la capitale, plus précisément au Caudan, tous les commerçants sont positifs. « Le métro a été une bénédiction pour nous », nous disent-t-ils. Patrick Latulipe, marchand de galettes et de roti manioc, nous confie qu’avec l’arrivée du métro au Caudan, les affaires ont repris de plus belle. « Nous accueillons beaucoup de nouveaux clients. Ceux qui n’ont jamais visité le Caudan et habitent les régions du Sud par exemple. Ils s’arrêtent chez nous pour casser la croûte. Quand ils repartent, ils vont dire à leur famille et connaissances de venir chez nous pour goûter aux galettes et autres mets à base de manioc ». 

Ce commerçant a dû donc augmenter sa production pour pouvoir satisfaire tous ses clients. « J’ai dû doubler toute ma production et même employer plus de personnel. Avec le métro, c’est à chaque heure 300 personnes qui passent par le Caudan pour aller dans la capitale. Avec le travail qui a augmenté, je pense désormais opérer même les dimanches afin de satisfaire plus de clients ». 

Sahid Burkut, marchand de glaçon râpé, aborde la question dans le même sens. « Le métro a fait grimper les affaires au Caudan. C’est bondé de monde les vendredis, durant le week-end et même les jours fériés. Nous avons donc commencé à travailler jusqu’à minuit les vendredis et pendant le week-end. Il y a des jours où nous n’avons même pas le temps de souffler un peu », relate-t-il. 

Dans le Food Court du Caudan, les commerçants eux aussi ne cachent pas que les clients affluent. « Nos ventes et nos productions ont définitivement augmenté, comparé aux années précédentes. Ceux qui voyagent à bord du métro vont s’arrêter pour se balader et la plupart ne repartent pas chez eux le ventre vide. Le Food Court est un passage obligé »,  nous confie l’un deux. 

Cependant, certains sont plus sceptiques. « Les visiteurs viennent mais n’achètent pas pour autant. Nous avons aussi beaucoup de personnes du 3ème âge qui viennent. Ils sont là plus pour se relaxer et passer du bon temps que pour dépenser. Je pense que c’est avec le temps que nous pourrions vraiment faire un bilan sur l’impact du métro sur nos business », avance une commerçante spécialisée dans les produits de beauté.

caudan
Au Caudan, les affaires ont repris de la couleur, selon des commerçants.

 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !