Live News

Rodriguais bloqués à Maurice : une ex-médaillée des Jeux des Iles et son amie à bout de souffle

Manger est au combat quotidien.

La déprime, la confusion et la solitude sont de plus en plus insupportables pour les Rodriguais bloqués à Maurice depuis maintenant plusieurs mois. Ajouté à tout cela, les problèmes financiers qui se sont de plus en plus faits sentir. 

A chaque fois qu’elle est triste, Joycemee Agathe ferme les yeux et pense aux Jeux des iles 2019. L’haltérophile avait obtenu trois médailles d’argent chez les plus de 87 kg avec un total Olympique de 131 kg (61 kg à l’arraché et 70 kg à l’épaulé-jeté). Un moment de gloire que tous autour d’elle ont applaudi. Sur le podium comme après les célébrations, elle rayonnait et avait des projets pleins la tête, convaincue qu’elle serait soutenue dans ses projets.

Cependant, elle est vite retombée de son petit nuage alors qu’elle avait décidé de rester à Maurice, le temps de se perfectionner dans la culture hydroponique. « Je suis allée travailler dans la serre avec une amie et j’ai complètement adhéré à ce concept », explique la jeune athlète de 25 ans. Son amie, Nathanielle, 23 ans a, quant à elle, décidé de quitter Rodrigues il y a quelques années pour venir suivre des cours en hydroponie, proposés par la MITD. Les deux jeunes femmes avancent que leurs objectifs se rejoignent. « Nous voulons nous lancer dans ce domaine car ce concept est encore inconnu à Rodrigues et nous avons pensé à suivre des cours pour pouvoir amener cette expertise à Rodrigues. » 

Ainsi, les deux Rodriguaises ont commencé les cours en février 2020. Malheureusement, la pandémie a joué aux trouble-fêtes dès mars 2020 et a causé par mal d’interruptions dans leur cours. « Nous recevions un stipend de Rs 5 000 et Rs 1 000 de transport tous les mois. Nous utilisions cet argent pour payer un loyer de Rs 7 000 à Camp Levieux. Pendant le confinement, nous avons suivi quelques cours en ligne et par la suite nous avons repris depuis juillet ». Les cours sont maintenant terminés et elles veulent rentrer à Rodrigues. 

Comme les autres Rodriguais, elles se retrouvent malheureusement bloquées ici et font face à de nombreuses difficultés. « Nous avions dû rendre les clés de notre maison car on n’arrivait pas à payer le loyer ». Nathanielle explique que l’oncle de Joycemee a accepté de leur céder un endroit où dormir chez lui. « Nous ne savions pas où aller. Nous étions perdues et nous n’avions pas d’argent pour payer un autre lieu vu que nous recevons plus de stipend depuis la fin des cours ». Elles avaient comme projet de continuer d’autres études mais avouent qu’elles sont déçues et découragées. 

Un combat au quotidien

Si elles ont un toit sur la tête, Joycemee et Nathanielle expliquent qu’elles doivent mener un combat au quotidien pour pouvoir manger. « Quand nous essayons de chercher un travail mais que nous disons sincèrement que nous attendons un vol de rapatriement pour rentrer à Rodrigues, nous ne sommes pas prises ». Ainsi, elles ont commencé à faire face à des difficultés financières. « Nous devons compter sur nos proches à Rodrigues pour nous envoyer un peu d’argent. » Joycemee explique que sa maman est malade et ne peut pas travailler. « Elle doit quand même trouver de l’argent pour que je ne meurs pas de faim ici. » 

Nathanielle explique que sa mère se tue à effectuer des petits boulots afin de lui envoyer un peu d’argent. « Elle plante, s’occupe des animaux et est également ‘Carer’.  C’est très dur pour elle en ce moment. Rodrigues est affecté par la fièvre aphteuse et il est difficile de vendre le bétail. Je me sens très mal de devoir lui demander de l’argent », avance Nathanielle. 

Deux femmes, un rêve 

Si les deux femmes ont suivi ce cours, c’est parce qu’elles projettent de se mettre ensemble à leur propre compte une fois à Rodrigues. « Nous venons de familles pauvres. Nous voulons réussir pour aider nos familles respectives à avoir une meilleure vie ». Elles espèrent donc être très vite de retour pour commencer à chercher des partenaires pour un petit coup de pouce et lancent un même temps un appel à l’aide. 
En attendant, c’est rempli de tristesse qu’elles attendant des nouvelles plus réjouissantes mais du côté de la compagnie nationale d’aviation, il ressort qu’aucun vol n’est prévu pour le moment. Il faudra attendre les directives des autorités, avance notre interlocuteur. L’attente est longue, trop longue… 

Le message d’Irenza sur les réseaux sociaux 

Irenza, la maman de Nathanielle se sent impuissante face à cette situation. Cette mère de famille avance qu’elle a fait les démarches nécessaires  et qu’elle est inquiète de savoir sa fille dans des conditions difficiles à Maurice sans pouvoir lui venir réellement en aide.  Elle a même publié un message sur les réseaux qui est devenu viral. « Mo pa kone si dimoun konpran mo soufrans. Mo dan Rodrigues, mo tifi bloke dan moris. Linn bizin aret so letid. Lavi pou li pa fasil dan Moris. Li loin ek so fami. Zot 2 tifi tousel, parfwa manze zot pena dan zot lakaz. Eski lotorite rodrig ena leker pou les so pep viv koumsa. Mo mem mo nepli kone ki laport bizin tape pou ki mo zanfan retourn Rodrig. Ed mwa vouzot, fer tann mo lavwa”. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !