Live News

Rivière Noire : disparition des dernières pépites de l’Ouest

Rivière-Noire Les anciennes salines de Rivière Noire. Photos : Waren Marie

Entourée de béton, cette rare parcelle de nature vit ses dernières heures. Bientôt ce coin de Rivière Noire abritera des hôtels et des villas. 

La dernière péninsule sauvage de l’ouest va disparaître. Il s’agit de Les Salines ou La Pointe Koenig, communément connue comme « Les Salines Koenig », portant encore le nom des anciens propriétaires des lieux. Un coin isolé, ou presque, à la sortie du village bétonné de Rivière- Noire. 

À peine avons-nous quitté les villas de La Balise que nous entrons dans un sous-bois bordé par la montagne et un panneau en bordure de la route qui indique « scenic view ». La vue est imprenable et donne sur l’étang, les marais salants, l’estuaire, les mangliers, les mares et la rivière. Une vieille bâtisse, une tour en pierre et la Batterie de l’Harmonie sont cachées par les arbres. Dans un passé pas si lointain, il fallait emprunter une route sablonneuse bordée par des mares, pour accéder à la plage et à la Batterie. Or, depuis quelques mois, une route a été aménagée pour faciliter l’accès à ce coin perdu.

La route n’est pas encore inaugurée mais s’étend fièrement sur ce qui ressemble peu à peu à un morcellement. On y trouve quelques âmes accroupies en bordure de route, levant la tête à notre passage comme pour dire bonjour. Ce sont des employés contractuels, chargés d’embellir les bordures de route et les ronds-points. Sur ce qui ressemble à une colline où gisent des plantes, se trouve une pépinière clôturée qui abrite des palmiers, des herbes en tous genres et des arbustes fleuris, entre autres. Ils sont destinés à se fondre dans la nature après le passage des bulldozers. Ces derniers qui se trouvent sur les salines et d’autres encore sur les mares travaillent avec des bruits assourdissants sur des rochers dans une eau boueuse et verdâtre. Chut! le comblement est en cours.

Nous avançons vers la côte. Celle-ci est cachée par des dunes de sable mélangé à de la terre. La route s’arrête au bord des salines mais un sentier continue vers la baie. Près de l’estuaire de la Rivière Noire, des oiseaux se prélassent. Certains ont le bec dans l’eau tandis que d’autres semblent faire la causette entre les plantes de mangrove. Il s’agit, évidemment, d’oiseaux migrateurs de par leurs longs becs et leurs plumages gris et rougeâtres.  

Nous avançons sur un chemin parallèle vers la Batterie de l’Harmonie. Cette « mini-citadelle » est à moitié enfouie sous le sable et la végétation. On ne voit apparaître qu’une partie de sa structure en pierre et une vieille bâtisse la surplombe alors que sa tour se dresse fièrement. Des ouvriers nous expliquent qu’une clôture en barbelée sera placée autour de ces structures. Le gouvernement envisage d’ouvrir l’accès à la plage et de restaurer ce vestige de la période coloniale. Toutefois, cette plage semble être très fréquentée : à voir les bouteilles de liqueur, les canettes et autres objets divers. L’édifice que les habitants appellent « château » est aussi un lieu de prédilection pour les fêtards discrets. Sur le sol, gisent des bouteilles de bière et de liqueur, des draps et des bougies. 

Le château de la Pointe Koenig.
Le château de la Pointe Koenig.

Nous quittons ces lieux sur lesquels veille le Piton de la Petite-Rivière-Noire. Au loin, des villas se sont positionnées sur des hauteurs surplombant l’estuaire, les mares, le sous-bois, les dunes et les salines qui vont disparaître et  cèder la place à un développement foncier.

Riviere Noire
La baie de Rivière Noire.
La Batterie de l’Harmonie.
La Batterie de l’Harmonie.
Riviere Noire
Constructions en cours.
Riviere Noire
Embelissement en bordure de route 
Les marais salants.
Les marais salants.

Rezistans ek Alternativ contre le projet

David Sauvage, membre du mouvement, est contre ce type de développement. Selon lui, la route a été construite dans une zone sensible.  Il s’agit du Wetland ESA (Environmental Sensitive Area) No. 76. « Il fallait que les promoteurs obtiennent un Environment Impact Assessment (EIA) pour la construction de la route mais c’est le gouvernement qui s’en est chargé pour ne pas avoir recours à l’EIA. » Il souligne que la zone abrite un riche écosystème dont :

  • Le parc naturel des Gorges de la Rivière-Noire
  • La Rivière-Noire
  • L’estuaire de Les Salines
  • La réserve du Bois Puants
  • Les marais salants de Les Salines
  • Le wetland ESA No. 76
  • La Batterie de l’Harmonie
  • La tour Martello
  • Le lagon (marine fishing reserve)
  • La passe de Rivière Noire
  • Les récifs de Rivière Noire
  • L’écologiste souligne que le gouvernement ne peut pas permettre un tel « désastre écologique ».