Faits Divers

À Rivière-des-Anguilles: mort suspecte d’un garçonnet de deux ans

C’est à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle que le décès de l’enfant a été constaté.
Ce vendredi 25 mars, vers 13 heures, une femme de 24 ans a transporté son fils de deux ans à l’hôpital. Le médecin de service n’a pu que constaté le décès de l’enfant. Après avoir vu une petite marque près de l’oreille de l’enfant et des blessures à la main de la mère, il a alerté la police. Une autopsie sera pratiquée ce samedi. Un garçonnet deux ans a été transporté par Nitisha, sa mère, à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle, ce vendredi 25 mars. Le médecin de service n’a pu que constater son décès. Ce dernier a décelé une petite marque près d’une oreille de l’enfant. Il a aussi constaté que la femme de 24 ans avait des blessures à la main. Le médecin a alerté la police de Rivière-des-Anguilles. Le chef inspecteur Nunkoo et le sergent Jaumeer ont fait le déplacement. Une autopsie sera pratiquée, ce samedi, pour déterminer la cause du décès. À l’heure où nous mettions sous presse, Nitisha n’avait pas encore fait de déposition officielle. Mais dans une première déclaration aux policiers, elle a dit dit que son fils était fiévreux depuis jeudi soir. La mère de famille, dont l’époux a été arrêté ce jour-là pour escroquerie, a soutenu avoir donné des médicaments à son enfant qui se serait endormi par la suite. Toujours selon ses dires, le lendemain, vers 8 heures, l’enfant se serait réveillé et il était toujours fiévreux. Nitisha a affirmé avoir donné du lait et des médicaments à son fils, avant de le remettre au lit. Vers 11 heures, les grands-parents sont allés voir l’enfant qui était encore endormi. Vers 13 heures, Nitisha serait, à son tour, allée voir son fils dans sa chambre pour le réveiller. C’est alors, allègue-t-elle, qu’elle aurait constaté qu’il était inerte. La mère aurait sollicité l’aide de voisins. Elle a expliqué aux officiers avoir pris un couteau de cuisine pour tenter de mettre fin à ses jours. Or, dans la soirée de vendredi, la jeune femme, qui est hospitalisée, a indiqué aux policiers qu’elle aurait accidentellement versé de l’herbicide, qui se trouvait dans sa cuisine, dans le sagoo qu’elle préparait au lieu d’utiliser de l’eau. Mais elle maintient que son fils n’a pas ingurgité le mélange. La police, elle, n’écarte pas la possibilité que l’enfant ait ingurgité cette mixture. L’enquête suit son cours. Neeraj, l’époux de Nitisha a, lui, été libéré sur parole, vendredi après-midi (voir encadré). « J’étais en détention pour une affaire d’escroquerie alléguée. Je ne suis au courant de rien. » La grand-mère paternelle a aussi été interrogée. Elle a expliqué aux enquêteurs que la veille, l’enfant se portait mieux. « Il regardait la télé et dansait. Dans la soirée, il pleurait à chaudes larmes. Vendredi matin, ma belle-fille m’a confié qu’il est tombé malade jeudi soir. Je suis partie pour rencontrer mon fils au tribunal. à mon retour, vers 13 heures, Nitisha m’a dit que l’enfant gisait inerte sur le lit », raconte la belle-mère de Nitisha.

Arrêté dans une affaire d’escroquerie, le père relâché

Jeudi, Neeraj, 25 ans, le père de l’enfant, avait été placé derrière les barreaux. Connu des services de police, il était recherché pour une affaire d’escroquerie commise dans la région de Moka. La Criminal Investigation Division de la localité avait procédé à son arrestation. Il était soupçonné d’avoir berné plusieurs personnes, auxquelles il aurait fait de fausses promesses d’emploi. La police pense qu’il aurait également pu sévir dans d’autres régions. Jeudi, il a été présenté au tribunal de Moka sous une charge provisoire d’escroquerie. La police avait objecté à sa remise en liberté sous caution. Il avait passé une nuit en cellule. Mais vendredi après-midi, peu avant15 heures, il devait apprendre le décès de son fils. Au vu de la situation, le jeune homme a été libéré sur parole afin qu’il puisse être auprès de sa famille endeuillée.

Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !