Politique

Rezistans ek Alternative : «Nous n’hésiterons pas à prendre les actions nécessaires»

Rezistans ek Alternative

La question de la réforme électorale a été abordée lors de la conférence de presse de Rezistans ek alternativ (ReA) samedi 1er septembre. « Nous n’hésiterons pas à prendre les actions nécessaires si l’état ne respecte pas l’engagement qu’il a pris devant la Cour suprême », a précisé Stephan Gua. Ce dernier a rappelé l’engagement du gouvernement de consulter tous les « stakeholders » sur la réforme électorale, ce dans le cadre du cas constitutionnel de Rezistans ek alternativ contre l’état. Le membre de Rezistans ek alternative met l’alliance Lepep en garde au cas où ses membres comptent aller de l’avant avec la réforme sans consultation avec le parti.

Rezistans ek Alternative a aussi exprimé son soutien à l’état dans sa démarche de chercher un avis consultatif sur l’excision des Chagos devant la Cour Internationale de Justice. Cependant Rezistans ek Alternative veut se démarquer de la position du gouvernement qui, selon Jean Yves Chavrimotoo, ne remet pas en question l’occupation illégale des États-Unis à Diego Garcia et la presence d’une base militaire. Dans l’hypothèse d’un avis en notre faveur sur la question de la souveraineté de la République de Maurice sur l’archipel des Chagos, Rezistans ek Alternative demande au gouvernement et à Pravind Jugnauth de prendre l’engagement d’impliquer Chagossiens et leur descendants dans toutes les décisions qui seront prises sur l’avenir des Chagos et d’initier une consultation populaire à travers un référendum sur l’utilisation future des Chagos pour assurer qu’il n’est pas en contradiction avec ses engagements régionaux et internationaux sur la question nucléaire et la militarisation de l’ocean Indien. Dans cette optique, ReA demande aussi au gouvernement de reprendre l’initiative de la résolution 2832 qui a été écrit pour déclarer l’océan Indien une zone de paix. Il a aussi soutenu que les pays de la région ont aussi leur mot à dire en ce qui concerne la présence d’une base militaire dans la région.