Actualités

Révision judiciaire de Me Jadoo-Jaunbocus : un appel téléphonique du trafiquant Veeren sous la loupe

Me Roubina Jadoo-Jaunbocus Me Roubina Jadoo-Jaunbocus en cour le 21 mars.

La demande de révision judiciaire entamée par l’ex-ministre de l’Égalité des genres, Roubina Jadoo-Jaunbocus a été entendue le jeudi 21 mars 2019. C’était en Cour suprême devant les juges Asraf Caunhye et Nirmala Devat.

Elle conteste les conclusions du rapport de la commission d’enquête sur la drogue et la concernant. L’ex-ministre était représentée par Me Ravind Chetty, Senior Counsel, Usha Bhurtun, Khavi Chetty, Yakshini Perthum et Cedric Kong.

L’ancien juge Paul Lam Shang Leen, qui a présidé ladite commission d’enquête, était représenté par Me Prameeta Devi Chittoo, Assistant Sollicitor General.

Lors de son intervention, Me Ravind Chetty est revenu sur les commentaires de l’ancien juge Paul Lam Shang Leen à l’égard de sa cliente. Notamment sur un appel téléphonique du trafiquant de drogue Peroomal Veeren, le 2 juin 2014. Appel qui a duré 25 secondes, selon l’affidavit de l’ex-ministre.

Me Ravind Chetty affirme que l’ancien juge a souligné à cet égard que Me Roubina Jadoo-Jaunbocus a « commis un délit ». Selon l’avocat, cette phrase résonne comme un jugement. Citant la jurisprudence, l’avocat souligne que « ce qui n’est pas dit peut faire plus de mal que ce qui a été dit ». Me Ravind Chetty ajoute qu’il a eu un amalgame dans un autre passage concernant une visite en prison de sa cliente à Peroumal Veeren et une autre à la belle-mère de ce dernier. Or selon l’avocat six ans séparent ces deux visites. « La commission a failli à énoncer les dates sur ces épisodes pour quelconque raison », précise-t-il.

Une autre partie de la plaidoirie a été consacrée au chapitre des visites aux détenus, appelés « unsollicited visits ». La commission avait relevé que, le 30 janvier 2009, Me Roubina Jadoo-Jaunbocus avait rendu visite à 17 détenus de 10 h 45 à 13 h 45, « sans que ces détenus ne l’aient sollicitée ». Me Ravind Chetty s’est appesanti sur une lettre émanant de la prison à cet effet.

Les travaux ont été ajournés à la suite d’une remarque du juge Asraf Caunhye sur une anomalie dans le dossier concernant une rectification à être apportée au nom d’un trafiquant de drogue.

Par ailleurs, la demande de révision judiciaire entamée par Me Raouf Gulbul sera prise ultérieurement, faute de temps pour écouter l’affaire ce jeudi.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • KFC