Magazine

Réveillon : un hommage collectif à la convivialité

Le réveillon est ce jour spécial, où les proches et les amis se réunissent pour terminer l’année en beauté, afin d’en démarrer une autre de bon pied. De la bonne humeur, une table garnie de plats hors du commun et le ciel qui brillera de mille feux… Voici quelques recettes pour un réveillon mémorable.

Cela fait trois ans maintenant que le réveillon chez les Mantaye, à Pailles, est un moment convivial. Avinash Mantaye, 30 ans, et ses parents privilégient le poulet et l’agneau grillés chaque 31 décembre. Cette année, ils ne seront pas au fourneau. Ils se rendront dans la capitale pour se procurer la plus délicieuse des viandes grillées. « Ce repas déjà préparé nous permet de passer moins de temps en cuisine et de nous consacrer entièrement à nos convives. De plus, le poulet et l’agneau grillés sont faciles à servir », dit Avinash Mantaye. Il ajoute que, la veille, la maison est nettoyée de fond en comble afin de se débarrasser des ondes négatives.

Les Mantaye, de Pailles, mettront les petits plats dans les grands.
Les Mantaye, de Pailles, mettront les petits plats dans les grands.

Ils commencent à accueillir les proches au crépuscule. « Mes cousins, dont certains seront accompagnés de leur petite amie, ainsi que mes oncles, nous visiteront à la maison. Le réveillon est une soirée importante, car il nous offre l’occasion de rencontrer nos proches, échanger et partager un repas », explique-t-il. Ensuite, les convives se livreront à leur habituelle séance de Karaoké, car les Mantaye sont des mélomanes. Vers 23 heures, les proches regagneront leur domicile. Aux douze coups de minuit, les rouleaux rouges retentiront dans la cour familiale. « Les pétards symbolisent la joie et attirent l’énergie positive pour bien démarrer la nouvelle année. Par respect pour l’environnement et les animaux, nous n’allumons qu’un filet de pétards », dit-il. Puis, Avinash et ses parents iront souhaiter « Bonne année » et faire des accolades à leurs proches et voisins. Le lendemain, ils iront se recueillir à Ganga Talao.

Le réveillon du Nouvel An sera différent pour Christabelle Bernard, qui travaille comme chanteuse dans un hôtel. N’étant pas mariée et n’ayant pas d’enfant, elle profitera de l’ambiance festive à l’hôtel, lorsque les douze coups de minuit retentiront. « Avec le travail et l’accumulation de fatigue et de stress, j’avoue avoir un peu perdu le sens de la fête. À la maison, le réveillon se fait en famille. Tout le monde se réunit et nous allons probablement préparer un barbecue ». A minuit, tradition oblige, chez les Bernard, viendra le moment des feux d’artifices et des pétards. Christabelle rentrera de travail vers 3 heures du matin. « Généralement, la fête n’est pas encore finie chez moi, donc je m’y joindrai même si je tombe de sommeil », confie Christabelle. Le premier jour de l’année, la jeune femme commence par aller à la messe, puis « nous irons déjeuner chez ma grand-mère ».

La majorité des familles mauriciennes se réunira autour de grillades pour le réveillon.
La majorité des familles mauriciennes se réunira autour de grillades pour le réveillon.

Les grillades s’inviteront aussi à la table des Mamode. Yaaseenah Mamode, 20 ans, explique que ses parents, ses sœurs et son beau-frère sortiront dans la matinée du lundi 31 décembre pour effectuer les derniers achats. « Laitues, tomates et autres produits frais rempliront notre panier. Nous prendrons aussi des pétards. Dans l’après-midi, nous commencerons à mettre la main à la pâte pour préparer des amuse-bouches, notamment des sandwiches, des tartines au saumon fumé et au poulet croustillant. Nous les dégusterons en attendant que les grillades soient prêtes. Une salade mixte complètera notre assiette », raconte-t-elle. Ensuite, les Mamode se rendront à la plage pour contempler le spectacle de feux d’artifices à Flic-en-Flac.

« Toute l’année, nous avons travaillé très dur. Le dernier jour de l’an est donc un moment spécial consacré à nos proches et à nous détendre en attendant le début de nouvelles choses. Nous nous laisserons aussi entraîner dans un tourbillon de nostalgie en relatant nos souvenirs d’enfance », conclut Yaaseenah Mamode.

Teenusha Soobrah, diététicienne : « Ne jamais se rendre à une fête le ventre vide »

Teenusha Soobrah
La diététicienne Teenusha Soobrah donne des conseils pour éviter la surconsommation.

Au moment de passer à table, choisissez la qualité plutôt que la quantité. Car le problème, pendant les fêtes, est que nous mangeons de tout et que nous mangeons trop…

Ainsi, Teenusha Soobrah indique qu’au lieu de manger quatre bols de crème glacée, il est recommandé de n’en choisir qu’un, mais de savoir le déguster. « Au lieu de boire rapidement six verres de vin, prenez-en deux bons et profitez-en. Il s’agit de manger avec modération vos plats préférés pendant la saison des fêtes. »

Avant de manger, prenez un moment pour vous demander si vous avez réellement faim. Entendez-vous votre estomac grogner ? Votre estomac est-il vide ? Sinon, avez-vous juste soif ? « Essayez d’identifier vos déclencheurs et ne mangez que si vous avez réellement faim. »

Quel que soit le jour de l’année, il est essentiel de prendre un petit-déjeuner sain. La diététicienne recommande d’assimiler des calories pour plus tard dans la journée. Vous pouvez ingurgiter des glucides de bonne qualité plutôt que des glucides raffinés. « Il est préférable de choisir des pommes de terre au four ou des légumes féculents plutôt que du pain raffiné. Le pain à l’ail, d’autre part, apporte également des calories supplémentaires. Or, comme le pain est déjà chargé de sel, l’ajout de beurre à l’ail salé peut entraîner une hypertension artérielle, en particulier s’il est associé à des suppléments riches en sel, tels que des aliments transformés ou des saucisses. »

 Si vous mangez plus que prévu pendant la saison des fêtes, ne vous en faites pas. Mais il ne faut pas qu’un écart se transforme en une mauvaise habitude. « Si vous allez trop loin, ne restez pas coincé dans une ornière alimentaire. Essayez de reprendre vos habitudes alimentaires saines dès que possible ».

Et chaque fois que vous vous demandez si vous mangez trop ? Teenusha recommande à ses patients de se poser, à différents moments du repas, la question suivante: « Est-ce que j’apprécie toujours cela ? » Si la réponse est oui, envisagez de continuer à manger. Si la réponse est non, vous avez également la possibilité de faire une pause, puis de réévaluer la nécessité de manger à nouveau plus tard.

À table !

Poitrine de canard et purée d’arouille.
Poitrine de canard et purée d’arouille.

 

La chef Ayushi Gooroochurn donne des idées de recettes simples et pas chères.
La chef Ayushi Gooroochurn donne des idées de recettes simples et pas chères.

 

Un repas spécial pour un réveillon spécial, cela peut être ni compliqué, ni cher ! La chef Ayushi Gooroochurn nous explique combien la nourriture rassemble les gens. « Nous vivons à l’ère frénétique. Nous sommes en quête d’occasions spéciales pour nous retrouver avec ceux que nous aimons autour d’un festin, rire et partager un bon moment », dit-elle. Ainsi, l’hôte devient le chef et choisira ses plats et ses ingrédients avec soin. « L’hôte partage son affection et son énergie positive à travers la nourriture. Il portera une attention particulière à chaque produit avant de se lancer dans la préparation. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut casser la tirelire et se fatiguer », précise-t-elle.

Une entrée froide avec du saumon fumé rehaussé d’une crème d’agrumes.
Une entrée froide avec du saumon fumé rehaussé d’une crème d’agrumes.

 

Du thon rouge sur une purée de petits pois.
Du thon rouge sur une purée de petits pois.

 

Elle donne des idées locales, simples, pas chères et faciles à concocter chez soi. La chef Ayushi Gooroochurn préconise des produits peu communs et agrémentés d’un cachet festif. Elle porte son choix sur des tranches de saumon fumé, la poitrine de canard, le bœuf Wagyu ou encore la longe d’agneau. La jeune chef jouera ensuite avec les couleurs de l’été et une mise en place simple.

En entrée, notre interlocutrice propose du saumon fumé rehaussé d’une crème d’agrumes. La chef recommande des tranches de saumon fumé déjà disponibles dans les grandes surfaces. De la crème fouettée est montée avec des zestes d’orange ou du jus de citron. Le tout est installé dans une assiette et servi froid. L’entrée peut être agrémentée de tranches d’agrumes et de fleurs comestibles.

Pour le plat principal, elle propose quatre options. Vous pouvez préparer un thon rouge sur une purée de petit pois ; il suffit de mariner une tranche de thon rouge avec du sel et du poivre et le saisir de chaque côté dans une poêle. Puis, les petits pois sont réduits en fine purée à l’aide d’un mixeur avant d’être assaisonnés et d’y ajouter un filet d’huile d’olive. L’hôte est libre d’installer son assiette comme bon lui semble.

Steak de bœuf et légumes sautés.
Steak de bœuf et légumes sautés.

 

Un Red fruit garden en dessert.
Un Red fruit garden en dessert.

 

Pour sa deuxième formule, elle a pensé à du saumon fumé et de la mousse aux choux. De la crème liquide est montée dans un mixeur puis assaisonnée. Les choux sont enrobés de cette mousse avant de trouver leur place auprès d’une fine tranche de saumon fumé.

La troisième option se compose d’un steak de bœuf et de légumes sautés. Il suffit de saler chaque pièce de la viande avant de la placer dans une poêle. Le temps de cuisson dépendra de l’hôte ou de l’invité. Puis, faites revenir des petits légumes dans du beurre avant de les assaisonner. Servez.

Pour son ultime option, la poitrine de canard, la chef Ayushi Gooroochurn recommande d’enlever la peau délicatement ou de la quadriller. Ensuite, vous la cuisinerez d’abord côté peau pour obtenir un aspect croustillant. Au fur et à mesure, enlevez l’excès de graisse de la poêle. Quand la cuisson vous convient, il suffit de placer sur une assiette avant de servir avec la purée d’arouille. « La purée peut être remplacée par une sauce de letchi. Il suffit d’infuser du letchi dans une sauce qui se vend dans les grandes surfaces. Elle ajoute un côté sucré au plat », explique-t-elle.

En dessert, la chef conseille le Red fruit garden, soit un bouquet de fruits rouges et du sorbet de la même saveur pour le goût estival.

Où contempler les spectacles de feux d’artifices ?

Feux d’artifices
Divers sites à travers l’île permettent de contempler gratuitement les feux d’artifices.

Chaque année, pour célébrer l’entrée dans la nouvelle année, les hôtels et autres lieux bien fréquentés offrent des grands feux d’artifices spectaculaires.

À minuit pile, le ciel s’illumine à travers l’île, les Mauriciens se réunissent sur de nombreuses plages publiques dans l’espoir de voir les feux d’artifices. Sur la plage de Grand Baie, par exemple, il faut s’installer à partir de 19h30. Les hôtels aux alentours se synchroniseront pour ne pas intervenir à la même heure. Le Azallé Lounge Club, par exemple, prévoit un spectacle de feux d’artifices à minuit, idem du côté de l’hôtel Maradiva Villas Resort& Spa à Flic en Flac. Des centaines de personnes se rendent aussi sur les plages de Flic-en-Flac et de Tamarin pour voir le spectacle des hôtels de l’ouest de l’île. Au bord de l’eau, les pieds au frais, des deux côtés de la plage, un spectacle inoubliable vous attendra.

Pour leur part, les hôtels Indigo à The Address Boutique, Baie du Tombeau, donneront un spectacle de pyrotechnie destiné aux résidents et clients du restaurant. Idem à Hennessy Park Hotel, où vous pourrez admirer gratuitement un spectacle de feux d’artifices à vous couper le souffle, qui illuminera le ciel de la région d’Ebène. Du côté de la capitale, le rendez-vous est donné aux hôtels Labourdonnais et Suffren.  

L’hôtel Ambre à Belle-Mare, qui organise une beach party le 31 décembre, prévoit aussi un spectacle de feux d’artifices à minuit.

Symbolisme de la Saint-Sylvestre

Le 31 décembre est aussi appelé le réveillon de la Saint-Sylvestre. Par tradition, le réveillon de la Saint-Sylvestre est un réveillon bruyant. Une ancienne croyance commune aux pays d’Europe veut que le bruit fasse fuir les démons et les mauvais esprits. Il est coutumier d’organiser l’attente de la nouvelle année dans l’abondance et dans la joie. Plus les mets sont variés et riches, plus le réveillon sera de bon augure pour l’année à venir. Les origines de la Saint-Sylvestre sont multiples et remontent à la nuit des temps, à Babylone, soit environ 2 000 ans avant Jésus-Christ. Depuis toujours, les peuples et les cultures du monde entier fêtaient le solstice d’hiver. Dans la Rome antique, c’étaient les Saturnales, une fête typique du « crépuscule de l’année », au cours de laquelle étaient offerts de somptueux desserts. Une dizaine de jours après les Saturnales, les Romains organisaient des échanges de vœux lors de repas qui s’accompagnaient d’offrandes de rameaux verts et de confiseries. Cette période de fêtes était clôturée par les jeux du cirque. Jusqu’à Jules César, la fête célébrant la fin d’année n’était pas une date fixe. Jules César a fixé la fin d’année au 31 décembre. En France, il fallut attendre Charles IX pour que le premier jour de l’année, le Nouvel An, soit fixé au 1er janvier.

(SOURCE : INTERNET)

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective