Live News

Réunion du comité technique ce lundi - Compensation salariale : des syndicats dévoilent leurs attentes

Le taux de l’inflation sera dévoilé ce lundi.

En marge des consultations tripartites en vue de l’octroi de la compensation salariale, le ministre du Travail, Soodesh Callichurn, présidera, ce lundi 23 novembre un comité technique à la Victoria House.  La réunion de ce lundi est déterminante, car le chiffre de l’inflation qui sert de base pour le calcul de la compensation salariale sera dévoilé par Statistics Mauritius.  

«Cette année, plusieurs éléments doivent être pris en considération avec la Covid-19 notamment le nombre de compagnies qui ont bénéficié du Wage Support Scheme, celles qui ont bénéficié des facilités offertes par la Mauritius Investment Corporation Ltd ou celles encore qui ont déclaré des dividendes. Outre le chiffre de l’inflation, nous utiliserons ces données pour calculer le taux de compensation », indique Clency Bibi, président de la CSG-Solidarité et de la General Workers Federation.

Le président de la State Employees Federation, Radhakrishna Sadien, abonde dans le même sens. « Nous préférons avoir le chiffre officiel de l’inflation avant de faire notre proposition », dit-il. Il s’intéresse aussi à d’autres éléments comme le nombre de pertes d’emploi et  le nombre de  travailleurs étrangers à Maurice. Les deux dirigeants syndicaux s’accordent à dire que tous les salariés indistinctement et les pensionnaires doivent toucher une compensation salariale pour la perte de leur pouvoir d’achat. 

Clency Bibi souligne que suivant le confinement, les revenus de plusieurs salariés ont connu une baisse en l’absence des heures supplémentaires. Il évoque aussi  la hausse des prix dans le commerce en raison de la dépréciation de la roupie mauricienne vis-à-vis du dollar. « Tout compte fait, les salariés et les bénéficiaires de la pension de vieillesse méritent une compensation salariale », dit-il. Il estime que le gouvernement doit venir avec une formule pour soutenir les petites et moyennes entreprises qui n’auront pas la capacité de payer la compensation salariale.De plus, les deux syndicalistes sont en faveur de l’introduction d’un contrôle des prix dans le commerce pour protéger surtout les consommateurs les plus vulnérables.

« Ce n’est pas possible que leur compensation salariale soit aussitôt engloutie par une hausse des prix des différents produits  », affirment-ils. De son côté, le président de la General Trade Unions Confederation, Bruno Dorasami, plaide pour une compensation salariale de Rs 700 pour les salariés qui touchent jusqu’à Rs 21 000 par mois et de Rs 600 pour ceux touchant entre Rs 21 000 et Rs 50 000. Le même montant de Rs 600 devrait être accordé aux pensionnaires, recommande-t-il.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !