Faits Divers

Réseau faux permis de conduire : le CCID tente de retracer les imprimantes utilisées 

permis de conduire Environ 500 faux permis de conduire ont été saisis par la police.

Le Central Criminal Investigation Department (CCID) est sur les traces des imprimantes utilisées par un réseau impliqué dans la fabrication de faux permis de conduire. Dans la soirée du mercredi 14 août, des limiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), lors d’un exercice de contrôle, ont intercepté trois hommes dont deux habitants de la capitale, Jamil Hosenee et Siva Arumugum. 

Le troisième individu, en la personne d’Amir Sheik Heerah, habitant Vacoas, était en compagnie des suspects. Il est soupçonné d’être le « distributeur » des faux permis du réseau. Si, lors d’une fouille, la police a récupéré trois faux permis en la possession des suspects, une perquisition au domicile de l’habitant de Vacoas a laissé les policiers bouche bée. Environ 500 faux permis de conduire ont été récupérés par la police sur les lieux. 

La police tente désormais de retracer les imprimantes et les ordinateurs utilisés pour la fabrication de ces documents. Les enquêteurs soupçonnent que le réseau monnayait les faux permis. 

C’est dans l’après-midi du mercredi 14 août, suite à des renseignements, que l’ADSU a monté une opération. Après avoir intercepté les suspects dans la région de Roche-Bois, les policiers s’attendaient à récupérer de la drogue, mais une fouille a permis à la police de récupérer quatre faux permis de conduire.  L’affaire a été immédiatement référée au Central CID. Pressés de questions par les enquêteurs, les deux suspects ont expliqué aux limiers que c’est un dénommé Amir Sheik Heerah, habitant Vacoas, qui leur aurait remis ces faux permis en vue de les vendre. 

Dans la soirée du mercredi 14 août, la police a procédé à une descente au domicile de l’habitant de Vacoas. Environ 500 faux permis de conduire ont été retrouvés.  Les enquêteurs ont aussi mis la main sur une importante quantité de papier utilisé pour la fabrication des faux documents. La police soupçonne que cet habitant de Vacoas ne serait qu’un « distributeur » car aucune imprimante n’a été retrouvée à son domicile.  Un quatrième suspect a été arrêté, jeudi après-midi. Les enquêteurs ont saisi un ordinateur portable qui était en sa possession.Le Central CID tente à présent de retracer le véritable cerveau ainsi que les imprimantes utilisées.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !