Live News

Requins à Grand-Gaube : les pêcheurs montrés du doigt

Requins Les ailerons de requins sont très prisés. Il y avait 35 petits dans le ventre du squale.

Une dizaine de requins capturés à Grand-Gaube depuis janvier. Les médias et réseaux sociaux en ont fait état, alors que le ministère de la Pêche assure que les fermes aquacoles sont vides. D’où sortent ces squales ?

Le lagon de Grand-Gaube n’est pas seulement prisé des Mauriciens, touristes et pêcheurs. Les requins semblent aussi raffoler de ses eaux profondes. Un 11e cadavre de requin a échoué sur nos côtes cette année, affirme Adrien Duval, député du PMSD. Le requin-tigre trouvé, mercredi 22 août, portait 35 petits

« Il y a une passe qui permet aux requins d’entrer dans le lagon», explique Dev Norungee, directeur au ministère de la Pêche. Dans Le Défi Q uotidien du 21 août, l’océanographe Vassen Kauppaymuthoo précisait que les requins-bouledogues et requins-tigres sont dangereux.

Selon Dev Norungee, les fermes aquacoles de Grand-Gaube sont vides : « Il n’y a pas de poisson, donc impossible que les requins tournent autour de ces fermes pour rien. Les études menées par l’Institut de Recherche et de Développement de France montrent que les requins ne sont pas attirés par ces fermes. Les requins sont attirés et piégés dans des cages placés près des fermes par les pêcheurs. Ils sont ensuite amenés à terre ferme et vendus à des clients.»

Le pêcheur Adrien Cangy confirme ces captures. « Nous partons en chasse tôt le matin. Le requin, c’est un vrai pactole : requins-bouledogues ou requins-tigres. Une fois capturés, ils sont soit consommés soit vendus. Les ailerons sont très prisés.»

« Rs 50 la liv rekin », lâche un marchand de poissons à Grand-Gaube. Suite à la capture du requin-tigre, le 22 août, il semblerait qu’il ait touché le jackpot. Si les pêcheurs ont le droit de capturer et vendre les requins-bouledogues et requins tigres, selon Dev Norungee, d’autres espèces sont cependant en danger et doivent être protégées. « Il est interdit de capturer ou de vendre la chair du requin blanc ou du requin-baleine », précise-t-il.