Live News

Reprise du tourisme maritime : le premier bateau de croisière accostera à Port-Louis le 19 novembre prochain

Le premier paquebot sera à Maurice bientôt.

Finaliser le protocole sanitaire pour les bateaux de croisière en un mois. C’est la lourde tâche à laquelle s’attellent le ministère de la Santé et la Mauritius Ports Authority (MPA). En effet, le premier paquebot doit accoster à Port-Louis le 19 novembre. Le respect des normes sanitaires étant une priorité, un protocole devra ainsi être émis avant cette date. 

C’est confirmé. Le premier paquebot arrive à Maurice le 19 novembre, selon le directeur de la Tourism Authority, Lindsay Morvan. Celui-ci affirme qu’un protocole sanitaire pour les bateaux de croisière est en préparation et sera prêt avant l’arrivée du navire de plaisance. 

Ce protocole concerne, surtout, l’accès au territoire mauricien. Lequel est lié à la vaccination et aux tests PCR. Contrôler et tester 2 500 à 3 000 personnes d’un coup n’est pas une mince affaire. Alors que le ministère de la Santé et le High Level Committee affinent les détails du protocole, la MPA se prépare à faciliter sa mise en œuvre. Le principe général devrait être le même que celui des passagers arrivant par avion. Les croisiéristes devront être pleinement vaccinés, produire un résultat PCR négatif avant d’embarquer et effectuer un autre test à l’arrivée. 

Au niveau du High Level Committee, on explique que les passagers seront strictement contrôlés. Cependant, l’installation d’un laboratoire dans le port n’est pas d’actualité. Les techniciens discutent sur la façon dont les tests seront effectués. La possibilité que le laboratoire d’Airport Terminal Operations Ltd (ATOL) soit mis à contribution est fortement cautionnée. Pour rappel, les passagers arrivant par avion sont testés lorsqu’ils arrivent à l’hôtel. Un « medical officier » y est posté. De plus, avant de fouler le sol mauricien, les voyageurs doivent produire un résultat PCR négatif ne datant pas plus de 72 heures. 

Sauf que dans le cas d’un paquebot, il faudra effectuer plus de 2 500 tests et produire les résultats dans les six à 12 heures qui suivent avant de permettre aux croisiéristes de descendre à terre. Le problème qui se pose c’est que certains paquebots ne viennent que pour 24 heures avant de reprendre la mer. « Nous devrons contenir 2 000 touristes enthousiastes qui voudront au plus vite visiter l’île… De l’autre côté, il faut s’assurer que le virus ne pénètre pas notre sol par voie maritime », affirme un responsable de la MPA. La complication survient au niveau du « timing » des tests PCR et de la soumission des résultats. 

Le fait que les arrivées et le mouillage des paquebots relèvent de la technicité, la MPA a confié la tâche de coordonner l’application du protocole au Port Master, le capitaine Gervais Barbeau. Celui-ci travaille avec les techniciens du ministère de la Santé pour émettre le protocole d’ici la mi-novembre. 

Malgré la pandémie, la MPA a reçu neuf demandes d’accostage entre novembre 2021 et avril 2022. Cependant, pour le moment, seule une demande se concrétise et le paquebot veut accoster le 19 novembre. 

Pendant ce temps, il nous revient que la MPA engage des discussions avec des représentants locaux des compagnies de croisière. Le but est de collecter leurs avis dans le but de finaliser le protocole et faciliter son application. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !