Actualités

Repenser le journalisme de service public à Maurice

Revoir la MBC Act et faire de la Mauritius Broadcasting Corporation une entreprise publique au service des citoyens et non de l’État. C’est ce qui est ressorti d’un forum-débat, le mardi 10 octobre, à l’Université de Maurice.

Organisé à l’initiative du Media Trust, ce colloque avait pour objectif de dégager des pistes de réflexion autour du thème « L’avenir du journalisme de service public à Maurice ». Parmi les intervenants, on retrouvait Lindsay Rivière, Ashok Beeharry, Ritvik Neerbun, Christina Chan-Meetoo et Jayen Chellum. D’emblée, Ashock Beeharry, News Desk Coordinator à la MBC, a fait ressortir qu’afin de mieux faire la différence entre une entreprise publique au service des citoyens et une entreprise publique au service de l’État, « la radio-télévision publique a des obligations d’épouser les valeurs journalistiques ». Il préconise des entités distinctes pour la radio et la télévision. Christina Chan-Meetoo, chargée de cours à l’UoM, souligne qu’il faut « minimiser l’influence partisane et éviter le journalisme d’État ». Le service de journalisme public est essentiel, mais se doit d’être plus dynamique et encourager une programmation inventive, pédagogique et divertissante en sus d’informer, selon elle. Ritvik Neerbun, journaliste réalisateur à la MBC, a lui évoqué la situation fragile des journalistes du service public. Les pressions politiques, a-t-il fait comprendre, sont des facteurs qui empêchent les journalistes d’exercer leur métier de manière sereine et d’évoluer. Il estime que le recrutement de personnes compétentes et n’ayant aucun lien politique est une des solutions au problème. Les deux employés de la MBC étaient présents en leurs noms personnels. Quant à Jayen Chellum, secrétaire général de l’Association des consommateurs de l’île Maurice, il estime que le journalisme de service public peut retrouver des couleurs, s’il arrive à se soustraire à l’influence politique. Pour Lindsay Rivière, président du Media Trust, il faut une refonte profonde de la MBC Act. « Il est nécessaire de mettre à jour cette loi », explique-t-il afin de donner une nouvelle impulsion au journalisme du service public. Il préconise également des consultations afin de comprendre ce que la MBC « doit et pourrait être ».

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !