Live News

Répartition ethnique : un outil politique

Le débat sur le recensement ethnique revient sur le tapis. À l’exception du Parti mauricien social démocrate, tous les partis politiques sont contre cet exercice. Cela même s’ils utilisent la répartition ethnique à des fins électorales et pour dessiner les contours du pouvoir politique.

Une chose est certaine, la politique et l’ethnicité sont indissociables. Il n’y a pas un leader des partis mainstream qui n’utilise pas la répartition ethnique de notre population à des fins politiques. Que ce soit pour choisir les candidats des diverses circonscriptions, pour constituer le cabinet ministériel ou encore pour procéder aux nominations importantes. 

Sinon, il n’y aurait pas eu que des candidats hindous dans les circonscriptions no 5 et no 9 entre autres et des candidats musulmans au no 3. Qui plus est, dans une circonscription majoritairement hindoue, le choix des trois candidats se fait sur la base des castes. Par exemple, il y a toujours un candidat marathi au no 14 et jamais au no 5.

D’ailleurs, dès la dissolution du Parlement, les dirigeants des principaux partis politiques ou des alliances assignent à une équipe la tâche de « kas rezis elektoral ». Ils doivent diviser les électeurs en termes de religion et de caste. Ils le font pour chaque circonscription, voire pour chaque centre de vote. D’après l’exercice effectué pour les élections législatives de décembre 2014, le décompte des électeurs dans les 20 circonscriptions était comme suit : vaish (194 247), rajputs (55 812), raviveds (68 173), maraz (28 939), tamouls (48 135), marathis (18 053), télougous (17 855), population générale (210 377) et musulmans (137 616).

Répartition ethnique par circonscription
Répartition ethnique par circonscription

Cette répartition ethnique est utilisée pour mieux cibler les électeurs. C’est un outil précieux durant les campagnes électorales. À titre d’exemple, lorsqu’un congrès ou un meeting est organisé dans une région où une communauté est majoritaire, la direction du parti ou de l’alliance demande à tous les dirigeants de cette communauté de prendre la parole. De même, les gens d’influence et les organisations socioculturelles d’une communauté ou d’une caste sont invités à concentrer leurs efforts dans des régions spécifiques. C’est le ciblage ethnique.

Répartition ethnique

Housing & Population Census

Il existe cependant un document officiel dans lequel la population mauricienne est répartie par religion. Il s’agit du Housing & Population Census. Ce rencensement est effectué tous les 10 ans. Cette répartition est faite également sur une base géographique, par arrondissement dans les villes et par centre de vote pour les élections villageoises dans la région rurale. (Voir tableau).  

Il ressort du dernier recensement effectué en 2011, que 697 034 Mauriciens vivaient à l’époque dans les régions rurales contre 499 349 dans les villes. Dans les régions rurales, le décompte du Bureau des Statistiques  est comme suit : Buddhist/Chinese : 1 754, Assemblée de Dieu/ Mission Salut et Guérison : 6 121, Church of England : 750, Roman Catholic : 133 072, Other Christian : 32 120, Marathi Hindu : 12 139, Tamil Hindu : 36 781, Telegu Hindu : 20 665,  Vedic & Aryan : 5 533,Hindi, Hindu & Other Hindu : 341 169,  Islam & Other Muslim : 100 484 et Other and Non Stated : 6 446. 

Dans les régions urbaines, les données étaient les suivant : Buddhist/Chinese : 3 510, l’Assemblée de Dieu & Mission Salut et Guérison : 5 459, Church of England : 1 892, Roman Catholic : 154 987, Other Christian : 30 649, Marathi Hindu : 8 527, Tamil Hindu : 35 213, Telegu Hindu : 7 122,  Vedic & Aryan : 1 215, Hindi, Hindu & Other Hindu : 131 624,  Islam & Other Muslim : 113 099 et Other and Non Stated : 6 052.

En somme, même si elle ne reconnaît pas officiellement son usage, la classe politique utilise la répartition ethnique. Il faut à tout prix entretenir son image et éviter de passer pour des sectaires.