Live News

Réouverture partielle : «Tout le monde a le droit de venir à Maurice à condition de se soumettre à la quarantaine», dit Obeegadoo

« N'importe quel Mauricien ou touriste, expert ou travailleur étranger a le droit de venir à Maurice à condition qu’il se soumette à la quarantaine. Des négociations sont en cours avec des compagnies aériennes ». C’est ce qu’affirme Steven Obeegadoo, ce matin, mercredi 9 septembre à l’hôtel Canonnier Beachcomber, Pointe-aux-Canonniers. Le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme intervenait sur la réouverture partielle des frontières lors d'un atelier de formation destiné aux personnels du secteur hôtelier du Nord visant à les familiariser avec les gestes barrières et pratiques sanitaires avant l'arrivée des premiers voyageurs. 

Une centaine d’employés de six établissements, dédiés à  la quarantaine, y participent. La formation est assurée par la doctoresse Dr Catherine Gaud, épidémiologiste. 

« Tout est planifié en détails. Air Mauritius et Emirates ont été appelées à fournir des masques à bord lors du trajet. Depuis quelques jours, les tests (swabing) sont effectués à l'aéroport. Le gouvernement a, pendant cinq semaines, discuté des protocoles de l'après COVID-19. Le protocole a été validé et un segment fait mention des employés d'hôtel. Il y aura toujours un médecin dans les hôtels. Une prise en charge médicale sera enclenchée si des cas sont recensés. Nous avons pensé à toutes les situations », a fait ressortir Steven Obeegadoo. 

Et d’ajouter que « depuis le 15 août dernier, la phase de rapatriement a accéléré. Jusqu'à fin septembre, plus de 8 000 Mauriciens auront été rapatriés. À partir du 1er octobre, tout le monde peut venir. On verra comment ça marche. Un laboratoire aux normes verra bientôt le jour à l'aéroport ». 

Aux dires du numéro 2 du gouvernement, « lors du passage de la COVID-19, le Premier ministre (PM) a pris des décisions sans précédent, avec le confinement. Une période très difficile. (…) Grâce à cela, nous avons réussi à faire de Maurice l'un des pays au monde où il n'y a pas de contamination locale liée à la COVID-19. Nous réalisons la réussite à travers un travail d'ensemble et une coopération. Maintenir ces règles alors qu'il n'y a pas de COVID-19 est difficile ».

« La situation à l'île de La Réunion est hors de contrôle. Pas question que Maurice devienne comme l'île sœur. Le secteur du tourisme a été le plus affecté durant le confinement. Il faut en parallèle redémarrer, tourisme compris », a souligné Steven Obeegadoo.

Le ministre de la Santé, le Dr Kailesh Jagutpal, qui était également présent à cette séance de formation, abonde dans le même sens. « Le secteur hôtelier dès le début du confinement a fait face à des difficultés surtout en ce qu'il s'agit des passagers qui rentrent au pays. Malgré les tests au départ, il y a une vingtaine de cas positifs. Imaginez si ces cas étaient dans la communauté et son impact sur le pays ! (…) », a déclaré le Dr Kailesh Jagutpal. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !