Live News

Réouverture partielle des frontières - Dr Joomaye : «On est préparé en cas de deuxième vague»

Le Dr Zouberr Joomaye.

Avec la réouverture partielle des frontières depuis ce jeudi 1er octobre, la peur exprimée par de nombreux citoyens quant au risque que le pays ne soit secoué par une seconde vague de la pandémie de Covid-19 est-elle justifiée ? La question a été abordée, le mercredi 30 septembre, dans l’émission « Au Cœur de l’Info », sur Radio Plus. Jane Lutchmaya et Eshan Dinally accueillaient le Dr Zouberr Joomaye, conseiller au Bureau du Premier ministre et porte-parole du National Communication Committee (NCC) sur la Covid-19.

Avec les 11 nouveaux cas de Covid-19 détectés en un jour sur des passagers, la crainte d’une deuxième vague se fait sentir. Mais le Dr Joomaye rassure ; le pays est préparé. « On a l’expérience maintenant. On est préparé en cas d’une résurgence de l’épidémie dans la communauté. En cas de contamination locale, on sait déjà quels hôpitaux et personnel de la Santé mobiliser », a-t-il fait ressortir sur les ondes de Radio Plus. Le Contact Tracing sera également activé.

Pour ce qui est des médicaments, là aussi, le Preparedness Plan en a fait provision. « Nous sommes mieux préparés qu’avant et surtout, nous ne sommes pas dans le même contexte d’urgence », fait-il ressortir, tout en indiquant que les ‘ventilators’ sont aussi disponibles. « On n’a pas de problème d’équipements », a précisé le Dr Joomaye.

La quarantaine a fait ses preuves, selon le porte-parole du NCC. Des 9 300 passagers qui sont arrivés au pays depuis le 18 mars, 141 cas positifs de Covid-19 ont été détectés et le protocole en place a permis de bloquer ces cas aux centres de quarantaine, limitant ainsi le risque d’une contamination locale. « L’expérience de la quarantaine a été bonne et c’est pour cette raison qu’on doit la maintenir. Nous nous retrouvons dans un contexte précis avec une épidémie non contrôlée dans certains pays du monde et nous qui sommes Covid-19 Safe. La sécurité sanitaire reste une priorité pour maintenir cette situation sous contrôle », a-t-il évoqué.

Les chambres d’hôtels partagées 

Les couples et les familles peuvent partager une chambre d’hôtel. De ce fait, le prix d’une chambre de Rs 35 000 peut inclure deux à quatre personnes. « Le regroupement familial est possible. De ce fait, cela réduit le coup. Aussi, le séjour pour les enfants de moins 5 ans est gratuit et ceux âgés de 5 à 14 ans n’auront à payer que les frais alimentaires de Rs 850/enfant », a précisé le Dr Joomaye.

La phase d’essai enclenchée ce jeudi

La phase de rapatriement s’est terminée le mercredi 30 septembre. Face à la presse, le Premier ministre adjoint Steven Obeegadoo et le ministre des Affaires étrangères Nando Bodha ont présenté un livret sur le protocole à respecter lors de l’ouverture des frontières le 1er octobre. C’était le mercredi 30 septembre au bureau du Premier ministre. 

À mercredi matin, 1232 personnes, dont 650 Mauriciens, avaient fait leur réservation sur le site de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA). Les autres sont des Resident Permit holders et des étudiants étrangers. Ainsi, à partir de ce jeudi 1er octobre, il faudra respecter le Protocol sanitaire stipulé dans le document. Ces protocoles concernent l’aéroport, le nettoyage, la circulation dans les lieux publics, la réaction des autorités concernant les cas positifs, entre autres. 

3500 personnes ont été formées à ce jour. Ce sont des membres du personnel de l’aéroport, des hôtels, du transport. Concernant les tests PCR, le laboratoire de Candos passe de 800 à 1200 tests par jour. Le laboratoire à Plaisance entrera bientôt en opération. 

Seuls les avions Air Mauritius et Emirates sont admis sur le sol mauricien. Air Mauritius effectuera quatre vols par semaine, dont deux vols sur Paris (jeudi et dimanche) et deux vols sur La Réunion (lundi). Emirates effectuera un seul vol (samedi). 

Désormais, n’importe qui pourra venir à Maurice. Il suffit de quelques clics, pour qu’un passager réserve le billet, la quarantaine et l’hôtel selon sa capacité. Il trouvera des hôtels trois étoiles à Rs 35 000 par personne, quatre étoiles à Rs 50 000 par personne et cinq étoiles à plus de Rs 50 000 par personne. LSteven Obeegadoo a annoncé que le ministère travaille avec les Guest Houses pour une quarantaine à Rs 25 000 par personne. Toutefois, il a précisé que les étrangers devront payer Rs 13 500 additionnelles pour les soins de santé.  Toutefois, ajoute-t-il, « les Mauriciens qui reviennent d’un traitement médical seront gratuitement logés à l’hôpital de Souillac. Les cas d’extrême détresse seront placés aux Recreational Centres au frais de l’État et ceux avec des difficultés financières pourront bénéficier d’un emprunt jusqu’à Rs 100 000 à un taux de 3 % remboursable sur 2 ans et demi.  ». 

Steven Obeegadoo n’a pas manqué d’évoquer le plan du ministère de la Santé en cas de résurgence du virus. « Le nombre de chambres et de respirateurs ont été estimés. S’il en faut plus d’équipements, le ministère a déjà prévu où placer les malades », a-t-il rassuré la population.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !