Live News

Rentrée parlementaire : le gouvernement mise sur la continuité, l’opposition affute ses armes

parlement

La rentrée parlementaire est prévue pour le mardi 26 mars. Le gouvernement mise sur la continuité, le travail, les élus de l’opposition affutent leurs armes.

Les parlementaires reprennent le chemin de l’hémicycle après trois mois de vacances. Au sein de la majorité gouvernementale, on indique que le travail va primer. Selon le chief whip, Bobby Hurreeram, « le gouvernement à un bilan très riche avec de nombreuses lois adoptées et le nombre de questions auxquelles ont répondu les ministres. Dommage que l’opposition utilise le Parlement pour faire de la démagogie. L’opposition fait croire que nous sommes en permanence en campagne électorale. Elle fait croire que les élections sont derrière la porte », a-t-il dit.

La priorité du Premier ministre, selon lui, est de faire de Maurice un ‘high income revenue country’ et de préparer les jeunes à ce défi. « La compétition est féroce, il faut les préparer. Les gens savent que le Premier ministre est sérieux et a du respect pour les travailleurs… »

Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition, annonce une rentrée chaude. « J’ai une motion de blâme contre Ivan Collendavelloo, Premier ministre adjoint, sur le dossier de l’achat des turbines à gaz. C’est la première fois, en 15 ans, qu’un leader de l’opposition viendra avec une motion de blâme. » La situation économique, la dérive des institutions sont à l’agenda des bleus.

« Nous prendrons cette rentrée avec sérieux. »

Rajesh Bhagwan, élu mauve, souligne que depuis les vacances parlementaires, le Mouvement militant mauricien n’a pas chômé. « Le MMM est en contact avec la population, qui est en colère face à plusieurs problèmes. Certains n’ont plus d’eau de la CWA ; les actions de la SBM ont chuté ; Air Mauritius s’écroule. Le gouvernement ne joue pas la transparence. Le MMM est la voix de la population. S’il n’était pas là, on n’aurait jamais su des scandales de Vijaya Sumputh et Youshreen Choomka, des dépenses des ministres voyageurs. Et alors que la dengue fait rage à Vallée-des-Prêtres, on ne voit pas le ministre de l’Environnement. »

Shakeel Mohamed, chef de file du Parti travailliste (PTr), annonce plusieurs actions à prendre. « Que de scandales après quatre ans de gestion de ce gouvernement. Il faut une motion de blâme, il faut trouver un consensus au sein de l’opposition sur la formule de cette motion. Ce sera le moyen pour que la population se rappelle de ces quatre ans de martyr, avant de penser aux élections. Il est primordial de venir avec cette motion de blâme. Si on ne le fait pas, alors que l’opposition est en négociations, les partis de l’opposition iront seuls aux prochaines élections. J’espère que les élus plus expérimentés comme Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval tiendront compte de l’avis de quelqu’un qui a moins d’expérience… »