Actualités

Renganaden Padayachy : «Rs 450 M pour aider ceux en chômage technique»

Les débats étaient vifs lors de la PNQ.

Un plan de soutien de Rs 9 milliards a été dégagé pour soutenir les entreprises en difficultés. De plus, un fonds de Rs 450 millions pourrait aider ceux qui se retrouvent en chômage technique. C’est ce qu’a souligné le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, qui répondait à la Private Notice Question du leader de l’opposition, Arvin Boolell, au Parlement lundi. Cette question était axée sur les mesures économiques en marge de la Covid-19. 

Le ministre des Finances a expliqué que le plan de soutien mobilisera un montant total de Rs 9 milliards, soit Rs 8 milliards provenant des institutions publiques, principalement de la Banque de Maurice et de la State Investment Corporation, et Rs 1 milliard sera puisé du Consolidated Fund à travers un exercice de réallocation des fonds. « Nous avons un fonds de Rs 450 millions dans le Workfare Programme qui pourrait servir à soutenir les employés qui se retrouveraient en chômage technique » a-t-il fait comprendre. Il a indiqué qu’en ce qui concerne les sommes disponibles pour l’année financière 2019-2020, du montant voté de Rs 121 milliards, nous disposons de Rs 40 milliards jusqu’à la fin de l’année financière.  

Le Grand argentier a fait ressortir qu’il y aura une suspension des frais portuaires imposés par la Mauritius Ports Authority et la Cargo Handling Corporation Ltd pour toutes les exportations. Cette mesure coûtera à la MPA et à la Cargo Handling Corporation la somme de Rs 200 millions. « On aura l’extension du Freight Rebate Scheme sur les exportations vers l’Afrique du Sud et Tamatave. Cette mesure coûtera à l’État Rs 50 millions. Il y aura également l’extension du Speed to Market Scheme pour les exportations vers l’Afrique du Sud, le Japon, l’Australie, le Canada et le Moyen-Orient. Cette mesure coûtera à l’État Rs 100 millions », a-t-il dit.  

Le leader de l’opposition a voulu savoir pourquoi la roupie est en train de déprécier. Renganaden Padayachy a expliqué qu’il y a un excès de devises sur le marché et cela a créé une pression sur la roupie. On n’est pas en 2008, où on était en train de déprécier la roupie délibérément, a-t-il dit. Arvin Boolell a voulu savoir si la SIC aura de l’argent de l’étranger. Le ministre des Finances a souligné que ce sont les investisseurs locaux qui seront sollicités.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !