Actualités

Rémunérations : le ministre du Travail satisfait de l’impact du salaire minimal

Soodesh Callichurn

Le rapport sur l’impact de l’introduction du salaire minimal a été officiellement remis au ministre du Travail, des Relations industrielles, de l’Emploi et de la Formation, Soodesh Callichurn, le mardi 19 février. Le ministre note avec satisfaction que le salaire minimal a  amélioré les conditions de vie des petits salariés.

Comme annoncé en primeur par Le Défi Media Group dans ses précédentes éditions, avec de larges extraits à l’appui, le salaire minimal n’a pas eu d’impact négatif sur l’économie nationale, comme on le craignait dans certains milieux. Le ministre du Travail se réjouit que le pouvoir d’achat des plus vulnérables de la société s’est sensiblement amélioré. Ce qui a été vérifié par une hausse au niveau de la consommation.

Soodesh Callichurn s’est aussi réjoui qu’à la suite de   l’introduction du salaire minimal, le nombre d’emplois a  augmenté, passant de 545 100 à 546 500, cela bien qu’on constate une perte d’emplois dans les secteurs primaires, notamment la pêche et l’agriculture.

Toutefois, le ministre a affirmé qu’une telle tendance se précisait bien avant l’introduction du salaire minimal en janvier 2018.

Il a également souligné que cette mesure a aussi réduit l’écart entre les riches et les pauvres en s’appuyant sur le Gini Coefficient qui est passé de 0,448 en 2017 à 0,440 en 2018.

Il est aussi satisfait que, malgré une légère perte d’emplois, le secteur de l’exportation (zone franche) a assimilé les effets de l’introduction du salaire minimal.

Le ministre a par ailleurs indiqué que le pourcentage d’entreprises qui ne sont pas en conformité avec le salaire minimal tourne autour de 10,9. Ce qui est amplement satisfaisant  en comparaison avec certains pays, où le taux est de 30 %. Il annonce qu’un comité technique a été mis en place pour étudier les raisons pour lesquelles certaines entreprises peinent toujours à introduire le salaire minimal et pour proposer des solutions. Il insiste sur le fait que tous les secteurs d’activités doivent respecter le salaire minimal. À cet effet, il annonce qu’à ce jour 316 cas pour non-respect du salaire minimal ont été référés devant les tribunaux.

Le ministre a également noté avec satisfaction que, suivant l’introduction du salaire minimal, quelque 23 000 personnes ont quitté le secteur informel pour intégrer le formel.

On apprend également que le National Remuneration Board a déjà soumis son rapport sur la relativité salariale dans le secteur privé suivant l’introduction du salaire minimal. Toutefois, le ministère attend celui du Pay Research Bureau avant de prendre une décision.


Amendements des lois du travail : un comité ministériel se penche sur les recommandations

C’est peut-être l’ultime étape avant la présentation du projet de loi sur les amendements de l’Employment Relations Act et de l’Employment Rights Act à l’Assemblée nationale en mars prochain.

Le ministre du Travail, des Relations industrielles et de l’Emploi, Soodesh Callichurn, a confirmé avoir eu mardi une réunion de travail avec le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, qui est aussi le président du comité technique sur ce projet d’amendement.

Suivant cette réunion, le comité ministériel se réunira le 6 mars prochain. Soodesh Callichurn a exprimé le souhait que ce soit la toute dernière réunion ministérielle avant la présentation du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Le ministre a, par ailleurs, lancé un appel à la raison à la direction de The Residence Hotel, suivant le jugement de l’Employment Relations Tribunal sur l’affaire du port du ‘tika’. Comme on le sait, cela fait suite à un conflit opposant l’hôtel à une de ses employés. Le tribunal a donné gain de cause à l’employée.