Faits Divers

Relations sexuelles avec une mineure - Nicolas: «Mo kontan li, mo pu marie ar li»

Arrêté pour relations sexuelles avec une mineure de 15 ans, et pour l’avoir mis enceinte depuis six mois, Nicolas L., 21 ans, dit vouloir épouser l’adolescente.

Cet habitant de Petite-Rivière a été arrêté par la police de Moka, le jeudi 17 septembre. Il est en détention policière. Aux officiers de la Family Protection Unit, Adriana (prénom fictif), explique qu’elle n’a plus ses règles depuis trois mois. Le présumé père a avoué avoir eu, à plusieurs reprises, des relations sexuelles avec l’adolescente. Il a exprimé son intention d’épouser l’adolescente.

« Mo kontan li mo pu marie ar li », a-t-il soutenu, lors de son interrogatoire, en présence de son avocat Me Yousuf Azaree.

Un peu plus tôt, Nicolas L. a été inculpé pour relations sexuelles avec mineure.Il a été reconduit au Centre de détention de Moka. C’est en mars 2015 que les deux ‘amoureux’ se sont rencontrés pour la première fois.

Après une brève conversation, au domicile d’une tante à Saint-Pierre, le jeune homme finit par convaincre Adriana de l’accompagner à Bois-Chéri. Le tailleur de pierre dit avoir emmené son amoureuse au domicile d’un cousin, où les tourtereaux ont eu des relations sexuelles. Leurs pulsions assouvies, ils rentrent  chacun à leur domicile. Un mois plus tard, Adriana soutient avoir de nouveau rencontré le jeune homme.

Voulant revivre la même expérience, les deux jeunes ont eu des relations sexuelles, à Bois-Chéri au domicile du cousin de Nicolas. Les semaines passent, ils ne voient plus. Puis, Adriana se fait du souci, car elle n’a plus ses règles. Paniquée, ne sachant quoi faire, l’ado se mure dans le silence.

Puis, souffrant de douleurs atroces, elle ne peut plus cacher sa grossesse à ses parents. Un examen médical révèlera à ses proches son état. Un médecin confirmera sa grossesse et a informé la Family Protection Unit et la Child Development Unit.

La police sensibilise

En mars dernier, la police avait organisé diverses rencontres dans les collèges pour expliquer les risques sexuels encourus par les mineurs. Plusieurs ateliers animés par des membres de la police, de la brigade des mineurs, du ministère de l’Égalité des genres, la Child Development and Family Welfare, de la CDU et un médecin de la police, ont eu lieu dans des collèges de l’Ouest.

Related Article

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !