Live News

Relations internationales et carburant : Maurice craint une hausse des prix

carburant

Hausse ou pas hausse ? La situation géopolitique au Moyen-Orient ne rassure pas Port-Louis. Le ministre mauricien du Commerce, Ashit Gungah, l’a annoncé. Il espère une baisse du prix du baril sur le marché mondial pour nous éviter une hausse du prix des carburants. La cause de ces craintes : les relations tumultueuses entre les États-Unis et ses alliés, et l’Iran. Ce conflit engendre une tendance à la hausse depuis plusieurs mois quant au prix du baril de pétrole. Si la situation ne s’améliore pas, une hausse sera inévitable.

Mangalore Refinery, l’unique fournisseur indien en carburants de Maurice, s’approvisionne essentiellement de l’Iran. Si l’Inde accepte de couper les liens avec le Golfe persique, cela pourrait avoir une répercussion sur notre approvisionnement et le prix de nos carburants. C’est, du moins ce que l’on croit au ministère du Commerce. La chaîne NDTV.com annonce un arrêt de l’approvisionnement par l’Iran des raffineurs indiens. Indian Oil Corp et Bharat Petroleum Corp, les deux plus grands raffineurs d’État de la Grande péninsule, n’ont pas passé de commandes pour le mois de novembre, a rapporté le site d’information indien. Une quatrième compagnie, la Nayara Energy, ne prévoit pas de commandes non plus.

Pour leur part, les raffineries de Mangalore et Petrochemicals Ltd n’ont pas fait de réservations pour le mois prochain, mais pourraient le faire plus tard, souligne NDTV. Toutefois, les décisions finales des compagnies seront connues début octobre.

D’un côté, la presse indienne parle de « flou » et de « décision attendue », de l’autre, Ashit Gungah souligne ses inquiétudes. Pendant ce temps, Paul Bérenger accuse le ministre de « management de l’opinion publique ». Samedi, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) a expliqué que, dans une telle situation, alors que l’économie de Maurice fait du surplace, ce ne serait pas le moment d’augmenter les prix des carburants. Il a insisté que la valeur de la taxe sur le carburant était plus élevée que le prix du produit. « Si nécessaire, il vaut mieux baisser la taxe », a suggéré Paul Bérenger.

Or, d’ici quelques jours, les raffineurs indiens prendront une décision et Maurice sera fixé. De source interne, on nous explique qu’il faudra attendre avant de se prononcer.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !