Economie

Relations commerciales : Maurice est à l’abri de sanctions anglaises après le verdict Chagos

chagos

Entre les deux partenaires économiques que sont le Royaume-Uni et Maurice, on ne devrait pas assister à une détérioration des relations après le verdict favorable qu’a obtenu le pays dans son procès sur le retour des Chagos à notre juridiction. Telle est la conclusion de l’EIU.

Un des deux partenaires économiques de Maurice, la Grande-Bretagne navigue en eaux troubles. D’abord, le gouvernement de Theresa May peine à convaincre le parlement britannique sur un accord permettant de quitter l’Union européenne. Ce divorce qui fait voir de toutes les couleurs aux deux parties est toujours en cours de votes, rejets, tractations et renégociations. Ensuite, le 25 février dernier, la Cour International de Justice, a donné son verdict en faveur de Maurice, signifiant que la Grande-Bretagne devrait restituer le contrôle des Chagos. Jusqu’ici, elle est dans l’illégalité continue.

Devrions-nous craindre une détérioration des relations avec les Britanniques ? L’Economist Intelligence Unit (EIU), dans un document publié le mois écoulé, temporise. « En dépit de certaines tensions politiques, nous ne nous attendons pas à ce que le verdict de la Cour Internationale de Justice ait un impact significatif sur les relations commerciales entre la Royaume-Uni et Maurice, » affirme l’EIU dans son analyse sur l’un des grands événements pour la République de Maurice cette année-ci. « Ceci a été démontré en février quand le Royaume-Uni a signé un accord de continuité avec la région sud et est de l’Afrique, sous lequel il maintiendra un partenariat économique avec Maurice après son retrait de l’Union européenne. »

Maurice accorde une attention particulière au marché britannique parce que c’est l’un des principaux partenaires avec qui nous avons un surplus dans les échanges. En 2018, la Grande-Bretagne a été le deuxième marché avec des achats de produits Made in Mauritius pour la somme de Rs 7,6 milliards (contre Rs 8,5 milliards en 2017). Les importations de la Grande-Bretagne ont été d’une valeur de Rs 4,3 milliards.

Sur le plan touristique, en 2018 toujours, la Grande-Bretagne est notre deuxième source. Même si le Brexit a créé un climat d’incertitude et une livre sterling chancelante, on a enregistré une croissance de 1,4 % dans les arrivées par rapport à la précédente année.

Et la livre sterling a toujours un poids dans le panier des devises les plus utilisées par les particuliers et les entreprises. Selon Statistics Mauritius, 3,4 % des exportations en 2018 ont été libellées en livre sterling (soit Rs 611,9 millions). Les importations en livre sterling ont été de Rs 597 millions (1,1 % de valeur des importations).

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !