Live News

Réintégration d’Arvin Boolell au Parlement : une pétition signée par une dizaine d’anciens parlementaires

Arvin Boolell est sous le coup d’une suspension, suite à une motion présentée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le mardi 20 juillet.

Une pétition signée par une dizaine d’anciens parlementaires sera présentée d’ici le mercredi 4 août pour réclamer la réintégration d’Arvin Boolell, chef de file du Parti travailliste au Parlement. 

C’est une initiative d’un mouvement regroupant des anciens ministres et députés tels que Armoogum Parsuramen, Sheila Bappoo, Bashir Khodabux, Dharam Fokeer, Alain Laridon, entre autres. L’ancien député Alain Laridon lance un appel à d’autres anciens députés parlementaires pour rejoindre cette cause. Il est intervenu sur RadioPlus, cet après-midi, lundi 2 août. 

« Nous réclamons la réintégration d’Arvin Boolell le plus vite possible. L’esprit de la démocratie doit régner au sein de l’Assemblée nationale. Des débats contradictoires doivent être en continu dans le respect de l’éthique », a déclaré Alain Laridon. 

Rappelons qu’Arvin Boolell est sous le coup d’une suspension, suite à une motion présentée par le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le mardi 20 juillet. Motion qui a été adoptée. 

Le Speaker de l’Assemblée nationale avait, avant la suspension de la séance, « named » Arvin Boolell. 

Pour rappel, le comportement du député rouge n’avait pas plu au Speaker.

En effet, Sooroojdev Phokeer s’adressait au leader de l’opposition quand Arvin Boolell est intervenu. 

Le Speaker lui a indiqué, à plusieurs reprises, qu’il n’avait pas la parole (« you don’t have the floor »). Mais Arvin Boolell n’a pas arrêté son intervention. C’est alors qu’il a été « named » (rappelé à l'ordre). Montrant un certain agacement, Arvin Boolell a alors traité le Speaker de « batiara ».  Suite à quoi la séance a été suspendue. 

À la suite de sa suspension, le député rouge a, lors d’un point de presse devant le Parlement déclaré qu’il serait présent d’une façon « symbolique » chaque mardi entre 15 et 20 minutes pour dénoncer la sanction qui lui a été infligée. Qu'il qualifie d’injuste.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !