Faits Divers

Règlement de compte à Calodyne : accusés de semer la terreur deux cousins tabassés

Agression sanglante à Calodyne, Grand-Gaube, aux petites heures dimanche. Sandy N. et son cousin Derwin C., disent avoir été agressés au cutter, au sabre et d’un tuyau par un groupe d’individus dans la localité. C’est avec beaucoup de difficulté que la police de la région est parvenue à maîtriser la situation. Portant de multiples blessures et de fractures, les deux hommes sont actuellement admis à l’hôpital. Toutefois, pour certains résidents du quartier, les deux hommes semaient la terreur. 

Les deux pieds recouverts de bandage, un tendon sectionné et la tête portant plusieurs points de suture, Sandy N. revient sur cette nuit d’horreur. Aux dires de ce dernier, il avait accompagné son cousin Derwin C. « Il n’habitait plus la localité. Ce soir-là, je l’ai accompagné à sa maison pour qu’il puisse récupérer ses équipements de plongée », nous dit-il. Cependant, une fois dans la ruelle qui mène à la maison, ils se seraient retrouvés face à des gens hostiles.

« Au moins sept personnes sont arrivées et ont commencé à nous assener de coups. J’ai été blessé avec un cutter. Ils m’ont lacéré sur plusieurs parties du corps » relate-t-il. Il a essayé tant bien que mal de se défendre. Son cousin a également été tabassé. « Il a reçu un coup de tuyau au genou et ils se sont acharnés sur lui » poursuit-il.  La police de Grand-Gaube, face à cette situation, a été alertée. Les deux hommes ont été roués de coups.

« La police n’est pas intervenue, malgré mes blessures et que je perdais beaucoup de sang, je suis parvenu à me défaire de mes agresseurs pour fuir jusqu’à un fourgon de police. Mon cousin a été laissé sur le bitume avec des blessures » ajoute Sandy. Selon ce dernier, ils ont été victimes d’une vengeance. « Le quartier est ravagé par la drogue synthétique. En quelques occasions nous avions réprimandé des jeunes devant cette situation. Nous avions reçu des menaces » explique Sandy,

menaces

Quant à Derwin C., c’est avec difficulté qu’il s’exprime. « Ils m’ont fracturé les deux jambes et le bras à coups de tuyau » lâche-t-il. La voiture de Sandy N. a été également été  endommagée. « Les Rs 100 000 confiées à mon fils pour les salaires de mes travailleurs ont été emportées » nous dit son père.  Les deux cousins se remettent lentement de cette agression.

Pour de nombreuses personnes de la localité, les choses ne se sont guère déroulées comme le disent les deux blessés. Un jeune du quartier souligne que, dans la soirée, il avait rencontré sur la route les deux cousins. « Ils ont commencé par nous menacer, mais on n’a pas prêté attention », explique ce dernier. Vers une heure du matin, les habitants du quartier disent avoir été réveillés. « J’ai entendu le klaxon d’une voiture. Je pensais qu’il y avait un mariage. Mais très vite, j’ai vu Derwin C. faire irruption dans notre cour. Il a commencé à saccager le pare-brise d’une voiture et à endommager plusieurs vitres » nous dit une dame.

« Il a traumatisé les enfants. Mes enfants et petits-enfants ont dû chercher un coin pour se cacher » ajoute-t-elle. Pour une autre habitante du quartier, « soudain, j’ai vu au moins 200 personnes dans la rue. Les deux hommes ont été roués de coups » nous dit-elle.

« Nous n’avons jamais fait irruption chez ces gens et nous n’avons jamais endommagé les vitres. Ils nous accusent pour rien » se défend Sandy. L’enquête se poursuit afin de faire la lumière sur cette agression.