Actualités

Réforme électorale : ce qui fâche l’opposition

Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger, Navin Ramgoolam, Kavi Ramano, Danielle Selvon et Alan Ganoo. Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger, Navin Ramgoolam, Kavi Ramano, Danielle Selvon et Alan Ganoo.

Les propositions du gouvernement autour de la réforme électorale n’ont pas été favorablement accueillies par les partis politique de l’opposition. Le Mouvement militant mauricien, le Parti Travailliste, le Mouvement Patriotique, ainsi que le Parti mauricien social démocrate (PMSD), ont tous exprimé leur désaccord. éclairage sur les points de discorde.

PMSD : le redécoupage électoral ou rien

Le principal parti de l’opposition s’est jusqu’ici montré farouchement opposé à toute idée de réforme électorale aussi longtemps que le dossier de redécoupage électoral ne sera pas abordé. Et le fait qu’il n’y a pas une seule ligne sur le redécoupage électoral ne va certainement pas arranger les choses. Même si  Xavier-Luc Duval ne s’est jusqu’ici pas encore exprimé sur les propositions formulées par le Premier ministre Pravind Jugnauth, vendredi, le leader de l’opposition a, à plusieurs reprises, fait comprendre que le PMSD voterait contre le projet de loi sur la réforme électorale. Les bleus comptent, ce lundi, aller faire une présentation sur ce qu’ils considèrent comme étant « les incohérences des circonscriptions » au siège de l’Electoral Boundaries Commission (EBC). Le PMSD estime qu’une réforme électorale ne peut se faire aussi longtemps qu’on n’aura pas procédé à un exercice de recensement ethnique.

MMM : le mode de la proportionnelle pas satisfaisant

Un temps presque favorable aux propositions de la réforme électorale, le MMM a, depuis mercredi dernier, lors d’une conférence de presse, exprimé son désaccord total. C’est d’abord sur le mode de la proportionnelle proposé par le gouvernement que Paul Bérenger a fait part de son agacement. Le leader du MMM considère qu’il serait préférable que le nombre d’élus à la proportionnelle soit de 20 au lieu de 12. Le MMM considère aussi que le système de proportionnelle va uniquement aider à conforter la majorité du gouvernement. C’est aussi pour cela que Paul Bérenger a avancé que c’était une « réforme qui n’est pas digne de ce nom ». C’est ce dimanche que le Mouvement militant mauricien (MMM) s’exprimera sur la dernière conférence de presse du Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui était axée sur la réforme électorale. Les mauves se réunissent au Plaza, à Rose-Hill, pour marquer le 49e anniversaire de leur parti.

PTr : le repêchage des candidats battus rejeté en bloc

Les rouges affichent une position complètement différente à celle de 2014. Si le Parti Travailliste, qui était en alliance avec le MMM en 2014, avait proposé un système de repêchage des candidats battus par les leaders politiques, quatre ans plus tard, l’état-major des rouges ne veut plus en entendre parler. Le leader du PTr et ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, a expliqué, mardi dernier, que c’est « anti-démocratique d’autoriser un leader de repêcher un candidat qui a été rejeté par le peuple ». Le chef de file du PTr à l’Assemblée nationale, Shakeel Mohamed, a abondé dans le même sens. Il considère qu’accorder autant de pouvoir à un leader encouragera les politiciens à devenir des yes-men.

Kavi Ramano : « Une aberration »

L’élu de la circonscription Belle-Rose/Quatre-Bornes s’est aussi exprimé contre la formule proposée par le gouvernement. Il considère, entre autres choses, que la formule de repêchage par les leaders politiques est une « aberration de la démocratie ». Le député indépendant de l’opposition considère aussi que « la formule n’aidera en rien à corriger les injustices du système de First Past The Post (FTFP) ».

Danielle Selvon : « Je ne voterai pas pour un projet de réforme électoral bidon »

La députée indépendante de l’opposition n’y va pas de main morte. « Je ne voterai pas pour un projet de loi bidon », a-t-elle déclaré samedi au téléphone. La députée dira aussi avoir pris connaissance des propositions du gouvernement quand elle était membre du MMM. « C’était à la suite des ‘koz-koze’ entre le MMM et le MSM », a-t-elle avancé. L’élue de Port-Louis Ouest/Grande-Rivière-Nord-Ouest soutient ainsi qu’elle ne votera pas en faveur de ce projet au Parlement. Tout comme le PMSD, Danielle Selvon plaide pour un recensement ethnique « meilleur que celui qui avait été réalisé par le MMM en 1983 ». En somme, pour Danielle Selvon, le projet présenté par le gouvernement est identique à celui qui avait été proposé par la défunte alliance rouge-mauve en 2014. Par ailleurs, en ce qu’il s’agit de la proposition de repêchage des candidats, elle avance qu’il s’agit d’un recul démocratique qui encouragera une culture de yes-men au sein des partis politiques.

Mouvement Patriotique : « Un projet qui encouragera la dynastie politique »

Le projet de réforme électoral proposé par le gouvernement se fera aussi sans le Mouvement Patriotique (MP). Le parti d’Alan Ganoo est d’avis que les mesures proposées n’aideront en rien à réduire les injustices du FPTP. Le MP considère aussi qu’il s’agit d’un projet qui encouragera davantage la dynastie politique, ainsi que le copinage.

Jouer Mega Millions