Politique

Réforme électorale - Alan Ganoo : «Le GM n’a pas consulté d’autres partis»

Alan Ganoo

Alan Ganoo, le président du Mouvement Patriotique (MP), a déploré le fait que le gouvernement n’a pas consulté les autres partis politiques dans le cadre de la réforme électorale. C’était lors d’une conférence de presse le samedi 8 septembre au QG du parti à Quatre-Bornes. 

Selon Alan Ganoo, la réforme électorale est « obligatoire » après la décision des Nations unies et les nombreuses affaires devant la justice, notamment celle de Rezistans ek Alternativ. Selon le président du MP, le choix de la nouvelle formule doit se faire dans le consensus.

Alan Ganoo a aussi indiqué qu’il est d’accord avec les propositions du ministre Bodha, dont celle concernant la liste proportionnelle de 12 candidats. Toutefois, il s’interroge sur le pourcentage requis pour obtenir ces sièges et les critères qui seront appliqués pour sélectionner les députés élus à la proportionnelle. « Ek 5 %, plis parti politik pou rant dan parlman », a-t-il dit.

Deux bulletins ?

Le président du MP s’est aussi demandé si les électeurs voteront sur deux bulletins : un pour élire les députés et le second pour choisir le parti pour les élus à la proportionnelle ? Selon lui, le Premier ministre doit faire circuler le Draft Bill aussitôt que possible et organiser des réunions avec les différents partis politiques sur le sujet. 

Commentant le financement des partis politiques, Alan Ganoo a dit être favorable à « un fonctionnement plus transparent ». Pour cela, il faudrait que les partis soient enregistrés et leurs dépenses auditées. Selon le président du MP, les Mauriciens ne sont pas favorables à ce que l’État finance les partis politiques. « Il faut régler le problème de money politics dans un souci d’être équitable », a-t-il ajouté. 

Sanctionner les cas de corruption

Alan Ganoo a émis le souhait que le seuil des dépenses des candidats soit revu et que la commission électorale obtienne le pouvoir de sanctionner en cas de corruption. Selon lui, il faut modifier la loi pour que les personnes jugées coupables de corruption ne puissent briguer les suffrages.

Lors de cette même conférence de presse, Alan Ganoo a commenté l’accord de pêche avec le Japon. Il a salué l’aide que les Japonais apportent à Maurice. Cependant, il a demandé que tout accord de pêche avec le pays du Soleil-Levant soit méticuleusement étudié. « Maurice a signé une convention en 1946 qui interdit la pêche des baleines. Il est important de faire ressortir cet aspect, si nous comptons signer un tel accord », a mis en garde Alan Ganoo.