Live News

Réforme de notre système électoral - Vers l’interdiction totale des «baz» durant les campagnes

système électoral Fini le temps des bases lors de campagnes électorales.

Les bases qu’utilisent les partis et alliances politiques durant les campagnes électorales sont appelées à disparaître du paysage mauricien. Un amendement à la Representation of the People Act devrait venir mettre fin à cette pratique d’un autre temps.

Si, depuis toujours, les « baz » font partie du folklore électoral mauricien, elles pourraient cependant disparaître bientôt. Un amendement à la Representation of the People Act sera apporté, possiblement cette année-ci, afin d’en interdire l’usage complet. Il est question que cette provision soit appliquée aux élections générales qui auront lieu en 2019 ou début 2020.

En lieu et place, les partis ou alliances politiques auront le droit d’ouvrir un bureau à proximité de chaque centre de vote et pourront l’opérer en respectant des règles strictes. Au niveau des partis politiques, il y a un consensus sur le fait que les bases utilisées par les agents politiques, comme lieu de rendez-vous en période de campagne électorale, doivent disparaître.

Entretenir une base est devenu extrêmement coûteux au fil du temps. On parle ici de plusieurs milliers de roupies par emplacement par jour. Car, il faut non seulement débourser pour la location, la décoration mais aussi pour l’occupation des agents sur une base 24/7. Dans une circonscription comme le No 14 (Savanne/Rivière-Noire), il faut compter une bonne centaine de bases par formation ou alliance politique. Dans une petite circonscription comme le No 3 (Port-Louis Maritime/Port-Louis Est), il faut en compter une cinquantaine.

Ce projet d’interdiction légale intervient dans un contexte de révision de textes de loi sur la réforme électorale et sur le financement des partis politiques. « Ces bases coûtent énormément d’argent aux candidats et aux partis. En plus, c’est un « eyesore » et un danger. Je pense que tout le monde serait d’accord d’y mettre fin. On profite de la venue de ces deux textes de loi pour aussi interdire ces bases dont plus personne n’en veut », explique un responsable au niveau de l’Hôtel du gouvernement.

D’ailleurs, en mai 2016, sir Anerood Jugnauth avait déjà donné le ton au Parlement. Dans une réponse écrite, le Premier ministre d’alors avait indiqué qu’en ce qui « concerne la révision de l’utilisation de ce qu’on appelle des « baz », durant les campagnes électorales, je dois dire que moi-même je suis totalement contre cette pratique. Je considère qu’elle n’a aucune place dans une démocratie moderne ».

Sir Anerood Jugnauth avait aussi souligné que la question pourrait éventuellement être considérée dans le cadre de la réforme de notre système électoral. Et cela a été effectivement le cas. Le comité ministériel chargé de se pencher sur la réforme électorale, est présidé par sir Anerood Jugnauth, en sa capacité de ministre Mentor et ministre de la Défense. Ce dernier a abordé le sujet et fait des recommandations dans ce sens.

Jouer Mega Millions