Faits Divers

Reconnus coupables de possession de fausses devises : prison pour un Nigérian, un Camerounais et un Ougandais

Jean Jacques Mongo Piim, Steven Kyaligonza et John Obariatororedor Nei.

Un Nigérian, un Camerounais et un Ougandais avaient été jugés coupables de possession de fausses devises devant la cour intermédiaire. Les deux premiers cités ont été condamnés à 12 mois de prison, alors que le troisième a écopé de 18 mois de prison, le vendredi 3 mai 2019. Ils avaient tous plaidé coupable.

John Obariatororedor Nei, un Nigérian, avait été jugé coupable de possession de faux billets, le 16 avril 2019, en cour intermédiaire par le magistrat Pranay Sewpal. Il avait été intercepté, le 21 octobre 2018, à l’aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam (SSR) à Plaisance. Il avait, en sa possession, quatre faux billets de 100 USD. Vendredi 3 mai 2019, il a été condamné à 12 mois de prison. Il était représenté par Me Zareena Tawheen Choomka. 

Dans ses dépositions consignées à la brigade criminelle de l’aéroport SSR, le Nigérian avait souligné qu’il était venu dans le but d’investir dans le pays. Il s’est rendu chez un individu, âgé de 30 ans, afin d’échanger son argent en USD.  John Obariatororedor Nei a fourni les détails du ‘money changer’. Au cours de son procès, l’accusé avait présenté ses excuses et avait réclamé la clémence de la cour. Il a passé six mois en détention. 

Par ailleurs, Jean Jacques Mongo Piim, un Camerounais de 34 ans, a été condamné à 12 mois de prison par le magistrat Raj Seebaluck. Il avait été jugé coupable, le 24 avril 2019, devant la cour intermédiaire, de possession de fausses devises. Jean Jacques Mongo Piim avait en sa possession de cinq fausses coupures de 100 USD. Il avait été intercepté, le 5 novembre 2018, à l’aéroport SSR. S’il a expliqué avoir effectué la transaction au Kenya, il dira qu’il ignorait que c’était de la fausse monnaie. Jean Jacques Mongo Piim a présenté des excuses à la cour et aux autorités pour les  préjudices qu’il a pu causer. Il a déclaré qu’il a sous sa responsabilité deux enfants. Les 180 jours qu’il a passés en détention préventive seront déduits de la sentence. 

De son côté, l’Ougandais Steven Kyaligonza, âgé de 40 ans, a, quant à lui, écopé de dix-huit mois de prison pour possession de fausses devises par le magistrat Raj Seebaluck en cour intermédiaire. Il avait été interpellé, le 8 juillet 2018, à l’aéroport SSR. Il avait jugé coupable du délit, le 24 avril 2019. Steven Kyaligonza avait en sa possession des fausses devises, dont 9 coupures de 50 USD, 200 coupures de 100 USD et 10 coupures de 100 euros. Dans ses dépositions à la police, Steven Kyaligonza a expliqué que c’est un ami qui avait acheté son billet d’avion pour Maurice et lui avait remis une enveloppe contenant des devises. Il devrait se rendre ensuite dans une auberge à Port-Louis avec l’enveloppe. Il a précisé que l’argent était destiné pour des « affaires ». Il avait présenté des excuses et réclamé des excuses à l’issue de son procès. Il a passé 303 jours en détention préventive. 
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !