Live News

Reclassification approuvée par l’ONU - Cannabis thérapeutique : la décision du GM attendue

La Commission on Narcotic Drugs (CND) de l’Organisation des Nations unies a approuvé la reclassification du cannabis et de sa résine. Ceux-ci passent de l’annexe IV à l’annexe I dans la Convention unique sur les stupéfiants de 1961. La décision du gouvernement mauricien concernant l’utilisation du cannabis à usage thérapeutique est ainsi vivement attendue. 

Mercredi 2 décembre 2020. C’est à cette date que la Commission on Narcotic Drugs (CND), organe de l’Organisation des Nations unies (ONU) qui dresse la liste des drogues sur le plan international, a approuvé la reclassification du cannabis et de sa résine. Vingt-sept pays ont voté pour et 25 contre. Il y a eu une abstention. Que signifie ce vote ? Que le cannabis et sa résine passent de l’annexe IV (qui regroupe les produits et substances contrôlés) à l’annexe I (qui englobe les substances qui ont été acceptées pour l’usage médical et la recherche). En somme, l’utilité médicale du cannabis a été acceptée. Cela ouvre la voie à une meilleure reconnaissance d’un produit largement utilisé et considéré jusque-là comme étant illégal en tant que drogue récréationnelle. Cette reclassification intervient 59 ans après que la Convention unique sur les stupéfiants a été créée, soit en 1961. 

Prochaine étape ?

La CND s’est penchée sur le sujet en suivant les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). La balle est désormais dans le camp du gouvernement mauricien. Quelle décision compte-t-il prendre concernant l’usage du cannabis à usage thérapeutique ? Car si on remonte dans le temps, le 15 mai 2018, alors qu’il répondait à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition d’alors Xavier-Luc Duval, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait fait comprendre que l’OMS n’avait pas encore approuvé le cannabidiol et que des études étaient encore en cours, en l’occurrence sur des animaux. La décision du gouvernement est donc vivement attendue sur la question. Kunal Naïk, directeur de plaidoyer et communicationchez Pils, qui milite depuis de nombreuses années pour l’utilisation du cannabis médical et sa légalisation, fait partie de ceux qui attendent cette décision. « Je lance un appel au gouvernement pour qu’il mette en place un comité rapidement et un cadre spécifique pour étudier les cas des patients qui ont besoin de cannabis médical », lance-t-il.  

Il suggère de mettre sur pied des instances assez rapidement afin d’adopter un cadre médical et pharmaceutique, ainsi que les lois appropriées pour protéger à la fois les patients et le corps médical.  Il ajoute que l’accessibilité à des médicaments à base de cannabidiol à des fins thérapeutiques apportera un grand soulagement aux patients qui en ont besoin.  

dany vinod imran
Dany Philippe, Dr Vinod Ramkoosalsingh et Imran Dhannoo.

Soulager des patients

Avis partagé par le Dr Vinod Ramkoosalsingh, président de la Mental Health Federation. « Il est temps qu’on ait accès aux médicaments à base de cannabidiol. On devrait autoriser les médecins à en prescrire », estime-t-il. Selon lui, cela aidera ceux qui sont en traitement pour le cancer et cela permet d’augmenter l’appétit dans les cas de patients atteints de douleurs chroniques. 

Danny Philippe, membre de Développement rassemblement information et prévention (Drip), considère le vote à la CND comme une grande avancée. Ce qu’il faut désormais, selon lui, c’est un débat dépassionné sur le sujet afin que l’utilisation du cannabis à usage thérapeutique devienne une réalité à Maurice. 

Ce qu’estime également Imran Dhannoo, du Centre Idriss Goomany. Selon lui, le cannabis a de nombreuses vertus et pousse très bien dans les pays tropicaux. Il est d’avis que Maurice pourrait envisager d’en cultiver sur les terres autrefois sous culture de la canne à sucre et d’en commercialiser.  Il souligne que le cannabis médical sera applicable dans des cas de patients atteints de pathologies spécifiques et non pour un simple mal de tête. « Le pays doit commencer à réfléchir à l’usage du cannabis à usage thérapeutique », soutient-il. 

Kunal Naïk : « Cela ne signifie pas que le cannabis sera légalisé » 

kunalKunal Naïk tient toutefois à préciser que le vote à la CND ne signifie pas que le cannabis a été légalisé et qu’on va pouvoir fumer partout. Il insiste que c’est l’utilité médicale du cannabis et de sa résine a été confirmée. Il déplore cependant que le cannabis demeure dans l’annexe I au même titre que l’héroïne et la cocaïne. Il plaide pour la légalisation du cannabis.  « Si on le légalise et on le régularise, il est possible de contrôler le marché de la drogue synthétique qui fait des ravages », soutient-il. 


Un médecin : «Il ne faut pas brûler les étapes» 

Un médecin, qui a accepté de s’exprimer sous le couvert de l’anonymat, joue la carte de la prudence. Il estime que ce n’est pas de sitôt qu’on verra l’usage du cannabis à usage thérapeutique devenir une réalité à Maurice. « Avant de passer une loi sur le sujet, il faut avoir tous les détails et toute la littérature pour savoir comment cela a été fait dans les autres pays qui l’ont introduit », explique-t-il.  Il ajoute que les Mauriciens doivent aussi comprendre ce qu’est le cannabis médical. « Ce n’est pas une plante qu’on va infuser ou fumer. La population doit comprendre que le cannabis thérapeutique est tout à fait autre chose », insiste-t-il. 

Introduire une législation est, selon lui, une autre étape qu’il faudra franchir en consultation avec tous les partenaires concernés par la recherche et le secteur médical. « Il faudra également comparer toutes les littératures de par le monde et voir quel impact social cela a eu sur un pays »,
ajoute-t-il.   Le médecin se demande aussi si « le pays peut culturellement et socialement accepter le cannabis thérapeutique ». Pour lui, il faut procéder étape par étape. « Il faut bien voir tous les détails contenus dans le document de la CND avant de prendre une décision. »


Cannabis vs cannabidiol 

cannabidiolIl ne faut pas confondre cannabis et cannabis médical (cannabidiol - CBD). La différence réside dans la composition. Le cannabis médical contient plus de CBD qui booste le système immunitaire des patients et qui a des effets positifs sur l’organisme. Le CBD ne rend pas accro ou n’a pas d’effet addictif. Le cannabis médical contient aussi du tétrahydrocannabinol (THC), mais le niveau est bien bas dans certains types.  

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !