Actualités

Réclamations de Rs 39,3 M : Air Mauritius soumet dix-sept questions à Megh Pillay

L’ancien CEO d’Air Mauritius, Megh Pillay, parle de rupture de contrat.

Éjecté le 28 octobre 2016 de son siège de Chief Executive Officer de la compagnie nationale d’aviation, Megh Pillay réclame en Cour suprême des dommages de Rs 39,3 millions à son ancien employeur. Air Mauritius a fait parvenir une liste de dix-sept questions à l’intéressé.  

Des preuves attestant que Megh Pillay a été nommé à la tête d’Air Mauritius, le 15 mars 2016 et devait rester jusqu’au 14 mars 2019. Les avantages et privilèges qu’il percevait à ce poste. Autant de questions adressées à Megh Pillay par son ancien employeur, en l’occurrence la compagnie nationale d’aviation. Celle-ci a fait parvenir une liste de dix-sept questions en Cour suprême à son ancien Chief Executive Officer (CEO), 

C’était en marge du procès intenté par Megh Pillay à Air Mauritius. L’ancien CEO réclame des dommages de Rs 39,3 millions à son ancien employeur. Cela pour rupture de contrat alléguée. Il avance dans sa plainte, rédigée par Me Feroza Maudarbocus Moolna, Senior Attorney, qu’il a été licencié sans aucune raison valable le 28 octobre 2016. Or, dit-il dans sa plainte, il avait été nommé au poste de CEO d’Air Mauritius suite à un accord daté du 25 février 2016. Il devrait prendre son poste le 15 mars 2016 pour une période de trois ans et qui devait expirer le 14 mars 2019. À la clef, un salaire de Rs 750 000 mensuellement.

Le mardi 18 février 2020, à l’appel de l’affaire devant le Master and Registrar de la Cour suprême, Air Mauritius a déposé une liste de dix-sept questions. Cela par l’intermédiaire de Me Joséphine Robert, avouée. 

La compagnie nationale d’aviation demande à avoir une copie de la lettre en date du 31 octobre 2016 et  dont fait mention Megh Pillay dans sa plainte. Celui-ci a notamment soutenu dans le document qu’il avait reçu une lettre le 31 octobre 2016, « qui vient confirmer » que le conseil d’administration d’Air Mauritius avait décidé de mettre un terme à son contrat et qu’il sera rémunéré par six mois de salaire. Le transporteur national souhaite aussi avoir des preuves attestant que Megh Pillay s’était vu proposer un contrat de trois ans, soit du 15 mars 2016 au 14 mars 2019. Air Mauritius demande à avoir un compte rendu détaillé des diverses sommes ayant amené Mergh Pillay à réclamer un total de Rs 39,3 millions. L’affaire sera maintenant appelée le 12 mai 2020.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • SMP