Faits Divers

Recherché depuis plus d’un an : Kunal Ramdoo, le Most Wanted Suspect coffré chez Radio Plus

Kunal Ramdoo Kunal Ramdoo lors de son arrestation dans les locaux de Radio Plus.

Il était recherché depuis plus d'un an pour plusieurs cas de séquestration. Il trouvait moyen de passer à travers les mailles des filets de la police et d’échapper aux opérations de l’Anti Robbery Squad (ARS). La cavale de ce « Most Wanted Suspect », Kunal Ramdoo, 35 ans, a pris fin dans les locaux de Radio Plus, dans l’après-midi du lundi 17 juin.

Kunal Ramdoo, fiché pour divers délits, a fait de graves allégations contre des policiers de l’Anti-Robbery Squad de la Southern Division, lors de sa brève rencontre avec des journalistes du Défi Media Group. Il a accusé des policiers de corruption et de l’avoir brutalisé. Interrogé par rapport à ces allégations, un des agents de l’Anti-Robbery Squad qui a participé à l’arrestation du suspect a nié vivement ces dires. « C’est du n’importe quoi ! Nous le recherchions activement depuis plusieurs mois ».

C’est peu après 14 heures que Kunal Ramdoo s’est présenté dans les locaux de Radio Plus pour un entretien en compagnie de ses proches. Il a confié au Défi Media Group qu’il a l’intention de se constituer prisonnier pour donner sa version des faits relative aux enquêtes ouvertes contre lui. Il a allégué qu’il faisait l’objet de menaces de mort de la part de membres de la force policière et que des gens lui faisaient du chantage. Alors qu’il s’apprêtait à quitter les locaux de Radio Plus, il a été cueilli par des officiers de la Southern Division. Il a alors rebroussé chemin pour regagner la réception de Radio Plus afin d’échapper à la police. Il a été vite rattrapé et embarqué à bord d’un véhicule.

Dans les locaux de Radio Plus, Kunal Ramdoo a formulé de graves allégations contre des limiers de l’ARS. Il a expliqué que les policiers ont une « cache » dans le Sud, où ils réglaient les comptes des gens qu’ils n’aimaient pas. Allégation démentie par l’ARS. « Nous avons accompli un travail d’arrache-pied pour mettre la main sur le suspect », confie un des responsables de l’ARS de la Southern Division.

Cet habitant du Sud, âgé de 35 ans, fait l’objet de plusieurs enquêtes, pour des délits de séquestration, dont un cas qui avait été rapporté à Poudre-d’Or en 2018. Kunal Ramdoo est accusé, entre autres, d'avoir séquestré Abdool Jahoor. Ce dernier a été retrouvé la semaine dernière, après que sa voiture avait été découverte abandonnée. Des traces de sang ont été trouvées dans cette voiture. Mais jusqu’ici, aucune plainte n’a été consignée.

Son appel rejeté, il jouait au chat et à la souris

Il y a environ un mois, les enquêteurs de l’Anti-Robbery Squad du Sud ont failli mettre la main sur le suspect à Flic-en-Flac. Mais le trentenaire a pu s’échapper. Il a foncé sur les policiers avec une voiture. Selon la police, Kunal Ramdoo utilise toujours des véhicules modifiés en vue de semer rapidement ceux qui le pourchassent.

Aussi connu sous nom de « Bébé », Kunal Ramdoo a vu son appel contestant une condamnation être rejeté. Il s’agissait d’un procès de séquestration. Fiché comme « Habitual Criminal » à la police de Vacoas, il est connu pour son implication dans plusieurs vols et des cas de séquestration. Kunal Ramdoo ne se présentait plus au poste de police de Vacoas, où il devait signaler sa présence, sur ordre de la cour.

Une plainte pour séquestration avait été logée contre lui, au poste de Poudre-d’Or, en février 2019. Un mandat d’arrêt lancé contre lui à la demande de la police de la Northern Division a été  transféré à la Southern Division, car Kunal Ramdoo habite dans le sud de l’île.

Depuis quelques semaines, la police avait des renseignements que Kunal Ramdoo entretenait une liaison avec une habitante d’Union Park. Cette femme et ses filles occupent une même maison. Le père des adolescentes avait porté plainte contre Kunal Ramdoo, car il soupçonnait que ce dernier abusait de ses filles.

La concubine de Kunal Ramdoo, soit la mère des adolescentes, avait alors déposé une plainte contre des membres de l’ARS. Il y a quelques jours, lors d’une opération à Flic-en-Flac, des policiers de l’ARS avaient repéré Kunal Ramdoo alors qu’il se trouvait dans une voiture, en compagnie des filles et de leur mère.

À l’arrivée des policiers, il avait pris la fuite. Un individu, qui avait porté plainte contre Kunal Ramdoo, avait été porté disparu à la police de Rose-Belle, il y a quelques semaines. Sa version devrait être enregistrée dans les jours qui viennent par la Southern Division Police.

Kunal Ramdoo :  «J’ai donné des pots-de-vin aux policiers»

Kunal Ramdoo indique avoir rencontré les policiers de l’ARS de la Southern Division. Il explique qu’au mois de janvier, il avait rencontré un des policiers qui était accompagné de son épouse. Ce jour-là, Kunal Ramdoo affirme avoir remis Rs 50 000 à ce couple. L’argent était dans une enveloppe. Il affirme avoir des messages qui démontrent que cet argent était destiné à empêcher son arrestation. Il explique qu’au mois de février, il avait remis une somme de Rs 25 000 pour échapper à la police.  

Un limier : «Li pe zet labou»

« Sa ban alegasion la fos, li pe zet labou ». Propos d’un policier qui explique que Kunal Ramdoo était recherché par la police depuis plus d’un an. Le policier parle d’un travail d’arrache-pied sur un suspect longtemps en cavale.

L’avocat : «Il voulait dénoncer des policiers»

Rissard Aullybocus, l’homme de loi de Kunal Ramdoo, affirme que son client voulait consigner une plainte avant son arrestation. Il déplore que la police a mis la main sur son client avant qu’il ne puisse se rendre au CCID. « Il voulait dénoncer les agissements de certains policiers et d’autres personnes ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !