People

Ravind Hassea : un métier qui défie le temps…

Ravind Hassea

Il a fait ses armes chez un horloger alors qu’il était adolescent. Un peu plus de 40 ans plus tard, Ravind Hassea est toujours dans le circuit même si parfois, c’est la course contre le temps du modernisme.

Qui dit temps mécanique dit horlogerie ! La technologie a fait que le métier d’horloger est devenu précaire. Les magasins d’horlogerie sont de moins en moins fréquentés. R. Hassea, magasin et horlogerie, sis à rue Maurice Curé, Rose-Hill, est l’une des rares exceptions. Malgré le passage du temps, il n’a pas perdu sa popularité. Son propriétaire, Ravind Hassea, 60 ans, gagne toujours sa vie grâce à son métier.

Ravind Hassea développe sa passion pour l’horlogerie lorsqu’il quitte l’école primaire. « J’aimais démonter et bricoler les montres et en 1978, j’ai débuté mon apprentissage chez Brizlall Bodhoo, un célèbre horloger, raconte-t-il, avec un brin de nostalgie. J’ai travaillé avec mon mentor pendant 17 ans et c’est quand il est décédé en 1995, que j’ai repris le flambeau. »

Il ouvre son magasin, qu’il baptise R. Hassea, dans un emplacement à rue Rémono, Rose-Hill. Après la démolition du bâtiment en 2008, Ravind Hassea décide de s’installer à rue Maurice-Curé où il opère jusqu’à présent. « Un bon horloger doit avoir à sa disposition toute une panoplie d’équipements, dit-il. C’est indispensable ! » Ainsi, il dispose d’un testeur pour vérifier la durée de vie des piles des montres, d’un appareil pour tester les moteurs des montres mécaniques, d’équipements pour tailler et remplacer les vitres des montres endommagées, d’une limeuse qu’il utilise sur les câbles des montres en métal, d’outils adéquats pour le nettoyage et l’entretien des montres et d’une loupe pour vérifier en détail les pièces des montres mécaniques et quartz, entre autres. «S’il fallait citer tous mes équipements, ça prendrait trop de temps », lance-t-il en souriant. Sans jeu de mots…

Offre diversifiée

Ravind Hassea ne se limite pas à la réparation des montres. Il en vend aussi pour adultes et enfants de même que des réveille-matins, des pendules et des bracelets-montres. «Tous mes produits se déclinent en différents modèles et il y en a pour tous les goûts.» Conscient que sa société ne peut plus être viable s’il se concentre uniquement sur son métier, Ravind Hassea a diversifié son offre de produits. Dans son magasin, on retrouve aussi des produits cosmétiques pour dames (rouge à lèvres, vernis à ongles, crayons pour les yeux, fonds de teint, crèmes pour visage, parfums, sérums pour les cheveux, etc.

Revenant sur son métier d’horloger, Ravind Hassea confie que les montres n’ont aucun secret pour lui. D’ailleurs, il en a réparé des milliers. « Je restaure tous les modèles sans exception, qu’ils soient automatiques, mécaniques, en quartz ou de poche de même que tous les types de réveils et de pendules, affirme-t-il. Je peux dire qu’aucune montre ne me fait peur. » Il a su s’adapter à son temps. Outre les montres les plus anciennes, il répare les montres connectées. À ce propos, le regain d’intérêt pour les montres sophistiquées fait dire à notre horloger qu’il a encore de beaux jours devant lui.

« Si j’ai réussi dans les affaires, c’est parce que je mets un point d’honneur à donner pleine satisfaction à mes clients, je suis toujours accueillant et en toutes circonstances, je reste modeste. Ce sont ces valeurs qui m’ont permis de durer dans le métier jusqu’à aujourd’hui. » La vie professionnelle n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Certains jours, il reçoit beaucoup de clients mais parfois, son magasin reste désespérément vide. Cependant, Ravind Hassea s’est fait une réputation pour son savoir-faire et invariablement, les clients reviennent. « C’est vrai que chaque année, je connais des périodes difficiles mais au fil des années, j’ai pu consolider ma société et les bases sont solides, observe-t-il. Dans la vie, il y a toujours des hauts et des bas, mais il faut persévérer. Ce sont des cycles ! »

Qu’en est-il de la concurrence ? « Je ne me fais pas trop de soucis à ce sujet car c’est un métier qui disparaît graduellement et sans me flatter, je peux affirmer que je suis l’un des meilleurs horlogers de Rose-Hill, ajoute-t-il. Mes produits et autres articles sont à des prix abordables. Je fais mon métier pour gagner ma vie humblement et non pour l’amour de l’argent. » Les montres sont de Rs 100 à monter et les réveils et les pendules, à partir de Rs 200. Quant aux produits de beauté, on en trouve à partir de Rs 100.

Ravind Hassea concède qu’il n’a pas de projets pour développer son commerce. « Je suis satisfait de ce que j’ai accompli, j’ai réussi ma vie et j’ai trouvé de la stabilité dans mon entreprise. Maintenant, j’espère gérer mon business jusqu’à ce que Dieu me le permette. »

Du marketing à l’ancienne

Est-ce qu’il utilise les réseaux sociaux pour faire le marketing de ses produits ? Ravind Hassea répond : « Je suis de la vieille génération et je n’utilise pas les réseaux sociaux pour mon commerce. Le marketing en ligne, ce n’est pas de mon… temps et je laisse cela aux entrepreneurs modernes. » Vous l’aurez compris : l’horloger est ancré dans la tradition. « Rien ne vaut le bon vieux bouche-à-oreille ! »

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Made for more