Actualités

Rapport Lam Shang Leen : les implications des recommandations sous la loupe de l’Éducation

Paul Lam Shang Leen

Du pain sur la planche au ministère de l’Éducation. Une équipe travaille assidument sur la mise en application des recommandations du rapport Lam Shang Leen en vue des travaux du comité interministériel présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Interrogé par Le Défi-Plus, la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a affirmé que c’est prématuré pour elle de se prononcer à ce stade sur les recommandations du rapport. « Il faut procéder par étapes. D’abord, nous épluchons le rapport et nous travaillons sur les recommandations. Ensuite, je vais présenter un dossier au comité interministériel. Une fois qu’une décision serait arrêtée, je vais la communiquer », fait-elle ressortir.

Ce ne sera pas une mince affaire pour la ministre et son équipe, car certaines recommandations ont d’importantes implications. « Certaines recommandations ne pourront pas être mises en application du jour au lendemain. Par exemple, si le gouvernement accepte d’interdire les leçons particulières en venant de l’avant avec les ‘after college hours extra-curriculur activities’, cela demandera une préparation. Sans compter une éventuelle résistance des enseignants, car il y a beaucoup d’argent en jeu », nous confie un haut fonctionnaire du ministère de l’Éducation. 

De son côté, un haut cadre du ministère fait ressortir que, depuis 2015, une série de mesures ont été prise en vue de prévenir le fléau de la drogue dans les établissements scolaires. Les responsables des collèges ont été sollicités afin de s’assurer que régulièrement une partie de l’assemblée du matin soit consacrée à conscientiser et à sensibiliser les jeunes sur les dangers liés à la drogue. Un protocole a été établi pour rapporter les cas suspects. Une collaboration étroite a été développée avec différentes unités de la force policière et les ONG pour des campagnes de sensibilisation et aussi pour des surveillances accrues aux abords des écoles se trouvant dans des régions à risque. 

Par ailleurs, un module sur la prévention de « Substance Abuse » est actuellement en phase de finalisation pour être inclus dans le programme d’études. Cela, grâce à une collaboration avec le ministère de l’Éducation et l’UNODC. L’objectif est de rendre nos jeunes résistants à la tentation de la drogue et au final résiliant à ce fléau.

Comité interministériel sur la drogue : première prise de contact

Les onze membres du comité interministériel sur la drogue se sont rencontrés vendredi au bâtiment du Trésor. Ce premier rendez-vous était avant tout une prise de contact et l’occasion d’établir un plan de travail. Ce comité est appelé à se joindre de nouveau dans les jours à venir pour se pencher sur les recommandations du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue afin d’élaborer un plan d’action et d’implémentation. Le comité interministériel est présidé par le Premier ministre, Pravind Jugnauth. Font partie du comité : sir Anerood Jugnauth, Ivan Collendavelloo, Fazila Jeewa-Daureawoo, Anwar Husnoo, Leela Devi Dookun-Luchoomun, Anil Gayan, Maneesh Gobin, Nando Bodha, Yogida Sawmynaden et Soodesh Callichurn.