Politique

Rapport des Nations Unies sur la discrimination : le PMSD réclame le retour du recensement ethnique

Mamade Khodabaccus. Mamade Khodabaccus.

Le PMSD s’appuie sur la publication des commentaires du Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale pour demander le retour du recensement ethnique. Il s’agit du seul moyen, selon ce parti, d’élaborer des politiques efficaces qui répondent aux attentes de tout le monde.

Le Parti mauricien social-démocrate (PMSD) estime que les dernières observations du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale de l’Organisation des Nations unies (ONU) lui donne raison. En l’absence du leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, ce sont Kushal Lobine, porte-parole, et Mamade Khodabaccus, secrétaire général, qui ont pris la parole pour réclamer le retour du recensement ethnique. Un outil nécessaire, selon eux, pour aider à prendre les décisions adéquates pour en finir avec la discrimination raciale.

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, a été pris pour cible à la lumière des commentaires de l’ONU. « Paul Bérenger parle quand il ne faut pas, a déclaré Mamade Khodabaccus, il a dit cette semaine qu’il fallait faire bloc pour que le recensement communal ne fasse pas son retour. Et tout de suite après, le rapport des Nations unies estime qu’il faut des statistiques pour savoir ce qui se passe dans le secteur du travail, de la santé, de l’éducation... »

Selon le secrétaire général, l’ONU donne ainsi raison au PMSD qui réclame des statistiques sur l’ethnicité. « Le paragraphe 7 est très important, a poursuivi Mamade Khodabaccus. Comment pouvons-nous dire si tout le monde a accès à la santé et au logement si on ne fait pas de recensement ? Plus que jamais, il faut un recensement pour s’attaquer à tous ces problèmes. » Selon ce dernier, Paul Bérenger ferait preuve d’hypocrisie en se prononçant contre le retour du recensement ethnique alors qu’il se basera sur ce critère pour désigner les candidats de son parti aux prochaines élections. « Il est temps qu’il cesse de se berner lui-même. Mettra-t-il trois candidats non-hindous à Triolet s’il va seul aux élections ? », a déclaré Mamade Khodabaccus.

Dans ce même contexte, les deux hommes ont également abordé la question de la réforme électorale. L’importance du Best Loser System a été soulignée par les deux. « Le Best Loser System est une assurance que toutes les composantes de la population sont représentées au Parlement », a déclaré Kushal Lobine. Mamade Khodabaccus a estimé qu’on ne pouvait y toucher sans une refonte radicale du système électoral : « Il faut une réforme électorale complète, incluant le changement des circonscriptions. Pour que chaque votant sente que son vote a un poids. Tant qu’il n’y aura pas de vraie réforme, on ne pourra pas toucher au Best Loser System. »