Actualités

Rajen Bablee : «Une culture de la corruption à Maurice»

Le directeur exécutif de Transparency Mauritius, Rajen Bablee, s’est aussi penché sur les agissements de la « mafia » au Champ-de-Mars.

Selon lui, Maurice a toujours eu « une culture de la corruption ». « Mais celle-ci n’est pas nécessairement liée à la Prevention of Corruption Act (PoCA), Maurice étant un petit pays, où il existe le trafic d’influence et de nombreux cas de conflits d’intérêts », a-t-il souligné.

Selon lui, dans le rapport Parry sur les courses, il est fait mention de « corruption institutionnalisée », d’où la perception que cela est permissible, voire légale. « Tel n’est pas le cas. Il faut que les gens sachent que c’est complètement illégal et il faut mettre les bouchées doubles pour combattre cela », dit-il. Par ailleurs, le rapport fait aussi mention des « connexions » entre le « judiciaire » et certains acteurs du Champ-de-Mars. « Le rapport parle d’une perception et d’une possible réalité. C’est-à-dire, il réclame, à son tour, une enquête pour vérifier si ces perceptions sont fondées. Pour que cette enquête ait lieu, il faut une réelle volonté politique », a-t-il fait ressortir.

En ce qui concerne le Catamaran Party, où plusieurs jockeys ont été filmés en compagnie d’un bookmaker, Rajen Bablee estime qu’il est malheureux que les gens pensent que « c’est normal ». « Quand on constate que les jockeys sont en contact avec des bookmakers ou que le nom du Chairman de la GRA est cité dans les affaires de drogue, je pense qu’il est grand temps de revoir les nominations dans les institutions », laisse-t-il entendre.

Pour  Rajen Bablee, il est impératif d’amender la PoCA, qui fait provision uniquement pour le secteur public, alors que le Mauritius Turf Club est une institution privée.

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !